Le Maroc ’’positionne l’UA comme un instrument incontournable sur les grandes problématiques
APS
MONDE-MIGRATION

Le Maroc ’’positionne l’UA comme un instrument incontournable sur les grandes problématiques" (diplomate)

De l’envoyé spécial de l’APS : Momar Diongue

Marrakech, 11 déc (APS) - L’ambassadeur itinérant auprès du président de la République, Fodé Sylla, a salué l’organisation de la conférence sur les migrations à Marrakech, soulignant qu’a travers cette rencontre le Maroc positionne l’Union africaine comme ’’un instrument incontournable de toutes les grandes problématiques du monde’’. 



’’Le Maroc en faisant ça positionne l’Union africaine comme étant aujourd’hui un instrument incontournable de toutes les questions, toutes les grandes problématiques du monde. En plus, le fait que cela ait lieu au Maroc c’est pertinent parce qu’on sait tous que le Maroc a réussi à régulariser 50000 personnes’’, a-t-il notamment dit dans un entretien avec l’APS. 

Selon lui, malgré sa position géographique d’axe nord de passage des migrants, le Maroc a résisté aux propositions de certains pays européens tendant à créer des camps de rétention dans le royaume. 

’’Cela ne veut pas dire que tout est réglé, il y a encore un tas de choses à faire pour améliorer, mais cela prouve qu’un pays qui reste le seul pays axe septentrional de passage des migrants aurait pu succomber à ce que quelques Européens ont bien voulu et quelques politiques migratoires, c’est à dire installer des camps de rétention à l’intérieur du continent y compris dans le Sahara’’, a-t-il relevé. 

Mieux, a magnifié Fodé Sylla, le Maroc a résisté à tout ça et au contraire à reçu des migrants et des réfugiés en les mettant dans des conditions d’égalité de traitement. 

Il a souligné les efforts accomplis en matière de traitement, d’accès aux soins pour les migrants, d’éducation, d’accès au logement. 

’’De la même façon, le Sénégal est crédible aujourd’hui à se positionner dans ce genre de débat ne serait-ce que par rapport au fait qu’on ait créé la carte nationale d’identité des pays de la CEDEAO permettant aujourd’hui à des tas de gens dans cette zone-là de pouvoir se déplacer. Le Sénégal est le premier à l’avoir mis en œuvre’’, a ajouté M. Sylla. 

’’Cela prouve bien que des exemples existent quand on pose les problèmes et quand on travaille sérieusement, quand on est pas sous l’emprise des mouvements xénophobes comme les Européens, on peut aborder cette question comme on l’a fait ici’’, a-t-il encore dit, indiquant que sa première attente ’’est qu’on puisse parler de ces questions dans un climat apaisé, qu’on puisse faire des échanges de bonnes pratiques et voilà ce qu’il faut faire pour pouvoir avancer’’. 

Le "Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières" a été adopté lundi à Marrakech par les délégués de plus de 150 pays représentés. 

​Le pacte qui comporte 23 mesures est présenté comme étant le premier document à aborder la question migratoire dans sa globalité.

MD/BK