Coopération sénégalo-espagnole : l’état de l’évolution de la contribution de Madrid entre 2001 et 2019
APS
SENEGAL-ESPAGNE-DEVELOPPEMENT

Coopération sénégalo-espagnole : l’état de l’évolution de la contribution de Madrid entre 2001 et 2019

Dakar, 8 avr (APS) - L’évolution de la contribution au développement de l’Espagne destinée au Sénégal a atteint "près de 277 milliards francs CFA" entre 2001 et 2019, le pays se positionnant comme "l’un des sept pays prioritaires pour la coopération espagnole en Afrique subsaharienne", a-t-on appris de la partie sénégalaise.

"L’évolution de la contribution au développement de l’Espagne destinée au Sénégal, entre 2001 et 2019, a atteint près de 277 milliards francs CFA, soit 422 millions d’euros. Le Sénégal se positionne ainsi comme l’un des sept pays prioritaires pour la coopération espagnole en Afrique subsaharienne", indique le Bureau d’information gouvernementale (BIG).
 
Au cours de la première phase du Plan Sénégal émergent (PSE), désignant un ensemble de projets et programmes que le gouvernement compte réaliser d’ici à 2035, "une enveloppe de 50 millions d’euros, soit prêt de 33 milliards de francs CFA a été mobilisée", souligne le BIG dans un communiqué. 
 
Il relève pourtant qu’entre 2014 et 2017, l’accord de la 2e commission mixte en matière de coopération, signé le 2 décembre 2013 entre Dakar et Madrid, était établi à 50 millions d’euros, soit 32,7 milliards de francs CFA. 
 
Dans le cadre de la coopération entre le Sénégal et le Royaume d’Espagne, plusieurs actions ont principalement concerné les populations du sud et du nord du Sénégal, signale le BIG. 
 
Dans la région naturelle de la Casamance, il est fait état d’une "évolution significative des recettes fiscales dans les communes de Bounkiling et de Tanaff", note le communiqué, selon lequel "14 communes ont augmenté leurs recettes dans la région de Kolda". 
 
Concernant le fonctionnement et la qualité de services proposés dans les collectivités locales de la région de Sédhiou, la coopération espagnole a contribué à la modernisation de 14 bureaux d’état civil, fait savoir le communiqué. 
 
Le BIG renseigne par ailleurs qu’à Sédhiou, la coopération espagnole a aussi permis aux femmes de moderniser l’agriculture familiale avec l’introduction de techniques d’irrigation durable à travers le système de goutte-à-goutte et l’incorporation de panneaux solaires. 
 
Cette approche a permis l’amélioration de la sécurité alimentaire avec la diversification de la production et de l’obtention de revenus tout au long de l’année. 
 
Dans les régions de Saint-Louis et de Matam, poursuit le BIG, l’accompagnement de la Cellule de lutte contre la malnutrition a débouché sur l’élaboration d’une Stratégie nationale de communication sur l’alimentation des enfants. 
 
"Grâce aux interventions menées, 21.117 enfants ont été dépistés, soit 11,37% du total d’enfants de 6 à 59 mois à Podor et dans la région de Matam", précise la même source.
 
Le Sénégal et l’Espagne entretiennent des relations fortes dans le domaine de la sécurité, de la lutte contre la traite des êtres humains, de la lutte contre le terrorisme, du crime organisé et du trafic de drogue, fait valoir le BIG. 
 
Il fait observer que c’est à ce titre que des formations sont adressées aux unités sénégalaises chargées de lutter contre la traite des êtres humains et des fraudes documentaires. 
 
De même, en complément des actions bilatérales, "l’Espagne participe activement à plusieurs programmes et projets multilatéraux parrainés par l’Union européenne", dont Blue-Sahel et GAR-SI Sahel (Groupe d’action rapide de surveillance et d’intervention), deux initiatives incluant le Sénégal plusieurs pays de la région, ainsi que le Sénégal". 
 
Selon le BIG, c’est le cas du programme Sénégal Sécurité (SENSEC-UE), consacré au contrôle et à la surveillance des frontières et qui vise à améliorer l’efficacité, l’efficience et la responsabilité des Services de sécurité intérieure du Sénégal dans la lutte contre de nouvelles formes de menaces.
 
Concernant la contribution de la diaspora, la communauté sénégalaise d’Espagne, avec 302 millions de dollars US, figure à la troisième place derrière celles de la France (647 millions de dollars US en 2017) et de l’Italie (425 millions de dollars US), selon le profil national de la migration dressé par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie et cité par le BIG.

BK/ASG