Pour une diplomatie de la Francophonie au service de la science
APS
MONDE-POLITIQUE

Pour une diplomatie de la Francophonie au service de la science

Dakar, 21 sept (APS) - Le Recteur de l’Agence universitaire francophone (AUF), Slim Khalbous, a souligné, mardi, la nécessité de promouvoir une vision commune permettant d’établir une ’’diplomatie de la francophonie scientifique’’.

’’Nous avons besoin d’une vision commune qui devra se faire dans la séquence avec les ministres, pour établir ensemble, une politique de la diplomatie de la francophonie scientifique’’, a-t-il déclaré, depuis Bucarest (Roumanie), où il participe à l’ouverture de la première édition de la semaine de la francophonie scientifique.
 
Cette rencontre de 4 jours, qui entre dans le cadre de la célébration du 60ème anniversaire de l’AUF, s’est tenue en présence de la secrétaire générale de l’OIF, du président de l’AUF et autres personnalités, en présentielle et en visio-conférence.
 
Il a dans cet ordre d’idée plaidé pour un accompagnement des autorités publics afin de mieux aider les universités et le système universitaire en général, dans l’espace francophone.
 
Mihnea Costoiou, Recteur de l’université polytechnique de Bucarest, a, de son côté, indiqué que cette rencontre, magnifiait non seulement la culture de la francophonie, mais aussi, la place de l’éducation dans cet espace.

Il a ainsi annoncé la création prochaine, de la maison de la francophonie au sein de son établissement.
 
’’Nous nous sommes rappelés à travers cette pandémie que les universitaires ont un rôle plus large à jouer dans la société qui se manifeste lorsque nous l’assumons et collaborons au niveau international’’, a-t-il fait valoir.
 
Pour la directrice régionale de l’AUF Afrique de l’Ouest, Ouidad Tebbaa, cette rencontre était aussi l’occasion de présenter le livre blanc qui synthétise l’ensemble des apports et contributions de ses membres à ce travail collectif visant à réfléchir sur le devenir de l’enseignement supérieur francophone à travers le monde. 
 
’’En pleine pandémie, nous soutenons nos universités pour renforcer cette dimension fondamentale qui est celle de leur transformation numérique’’, a-t-elle ajouté. 
 
Elle a dans le même temps évoqué des perspectives pour les 4 prochaines années, lesquelles devraient se focaliser sur la mise en place des stratégies visant à la transformation numérique des universités et sur l’employabilité des jeunes, entre autres.
 
’’Nous sommes dans cette assemblée générale dans le cadre de la première édition de la semaine scientifique de la francophonie. A travers la langue, nous pouvons interpréter, analyser, traduire et communiquer les résultats de la recherche au-delà de nos pays’’, a pour sa part, soutenu, le recteur de l’Université Assane Seck de Ziguinchor, Mamadou Badji.
 
 
 

AMN/AKS