Les Bissau-guinéens élisent une nouvelle Assemblée nationale populaire
APS
GBISSAU-AFRIQUE-POLITIQUE

Les Bissau-guinéens élisent une nouvelle Assemblée nationale populaire

+++De l’envoyé spécial de l’APS : Mouhamed Tidiane Ndiaye+++

Bissau, 10 mars (APS) – Au total, 761 086 Bissau-guinéens sont appelés aux urnes ce dimanche pour renouveler les 102 sièges de l’Assemblée nationale populaire dans un scrutin censé faire sortir le pays de la crise politique qu’il traverse depuis plus de trois ans.

Des files d’attente se sont formées dès l’ouverture des bureaux de vote à 7 heures (heure locale) à Bissau, la capitale, a constaté l’envoyé spécial de l’APS.

Ces électeurs sont répartis dans 3075 bureaux de vote localisés dans les 29 circonscriptions électorales installées dans les huit régions administratives de l’intérieur, en plus de la capitale Bissau, appelée le ‘’secteur autonome’’, selon la Commission nationale électorale (CNE).

Le scrutin, présenté comme étant crucial par des observateurs, devrait notamment permettre de tourner une page d’instabilité et de blocage qui dure depuis trois ans en raison du basculement dans l’opposition de la majorité parlementaire, à la suite de défections dans les rangs du parti historique, PAIGC (Parti africain pour l’indépendance de Guinée et du Cap Vert.

Des résultats de cette consultation électorale dépendra la formation d’un gouvernement, alors que le pays a connu sept Premiers ministres en moins cinq ans.

Selon la loi constitutionnelle bissau-guinéenne le poste de Premier ministre doit revenir au chef du parti vainqueur des législatives.

De fait, un régime parlementaire souvent source d’instabilité si l’exécutif et la majorité parlementaire sont issus de bords politiques différents. Une cohabitation rendant difficile tout exercice du pouvoir dans ce pays frontalier du Sénégal.

L’opposition détenait la majorité dans la législature sortante, à la suite de plusieurs défections et de dissidences enregistrées dans les rangs de la mouvance présidentielle.

Cette situation a conduit au blocage politique que connait le pays depuis trois ans.

Ces joutes électorales devraient surtout donner un avant-goût de l’organisation d’une élection présidentielle prévue dans le pays au milieu de cette année.

Sur les 102 députés qui devraient être élus dimanche, 100 proviendront des huit régions administratives du pays en plus du secteur autonome qu’est la capitale Bissau.

Les deux autres sièges sont réservés à deux régions de la diaspora que sont l’Afrique et l’Europe.

Sur les 49 partis politiques légalement constitués en Guinée-Bissau, 24 avaient officiellement déposé leurs candidatures pour les élections législatives. Mais seules 21 listes ont répondu aux critères de participation à ces élections.

Les principales forces politiques nationales sont le (PAIGC) qui dirige le pays pratiquement depuis l’indépendance, le Parti de la rénovation sociale (PRS), le parti de la Convergence démocratique (PCD), le Parti de la Nouvelle Démocratie (PND), l’Union pour le changement (UM), le Mouvement pour l’alternance et la démocratie (Madem) entre autres.

MTN/AKS