Lutte contre le terrorisme : Amadou Bâ invite les Etats africains à s’unir dans l’effort
APS
SENEGAL-AFRIQUE-SECURITE

Lutte contre le terrorisme : Amadou Bâ invite les Etats africains à s’unir dans l’effort

Dakar, 15 oct (APS) - Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Amadou Ba, estime que les Etats africains doivent faire ensemble des efforts pour vaincre le terrorisme.
 
"Aujourd’hui, beaucoup de pays situés en Afrique subsaharienne font face à des défis sécuritaires. Une situation qui appelle à une fédération de nos efforts pour combattre ensemble ce fléau qu’est le terrorisme", a dit M. Ba en rencontrant des patrons d’entreprises de presse.
 
La rencontre a eu lieu en prélude à la sixième édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique, qui se tiendra les 18 et 19 novembre au Centre international de conférences Abdou-Diouf (CICAD) de Diamniadio.
 
"Le terrorisme n’a pas de frontière", a souligné M. Ba, laissant entendre que les Etats devraient s’unir pour aider à la lutte antiterroriste en dehors de leurs propres frontières.
 
Les organisations terroristes se concertent et planifient ensemble des actions, a-t-il dit, estimant que "les Etats africains doivent aussi fédérer leurs efforts pour pouvoir ensemble combattre ce fléau".
 
"Le Forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique n’est pas [seulement] une rencontre de chefs d’Etat ou de ministres", a-t-il précisé, ajoutant que c’est "un cadre d’échange et de dialogue qui réunit des universitaires, des forces de défense et de sécurité, des personnalités issues de la magistrature et spécialisées dans la traque des flux illicites de capitaux, et aussi des gens qui ont directement vécu le terrorisme".
 
"Les rapports ou propositions qui sortiront de ce forum seront soumis aux fonctionnaires des ministères des Affaires étrangères ou à ceux qui sont chargés des questions de sécurité, pour aider les gouvernements dans la prise de décision", a indiqué Amadou Ba.
 
Il estime qu’"on ne peut pas évoquer la paix sans évoquer des problèmes de développement et des questions ethniques". 
 
Et le ministre sénégalais des Affaires étrangères d’inviter les populations, par ailleurs, à "éviter toute stigmatisation à l’égard d’une personne, pour son comportement ou son ethnie". "La sécurité" exige selon lui "un comportement collectif".
 
Environ 450 participants sont attendus au Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité, selon un document des organisateurs.

BHC/SMD/ESF/BK