Idriss Déby invite ses pairs à s’interroger sur les processus électoraux
APS
AFRIQUE-POLITIQUE-ELECTIONS

Idriss Déby invite ses pairs à s’interroger sur les processus électoraux

+++De l’envoyé spécial de l’APS : Birane Hady Cissé+++ 

Addis-Abeba (Ethiopie), 30 jan (APS) - Le chef de l’Etat tchadien Idriss Déby Itno, président sortant de l’Union africaine (UA), a invité lundi ses pairs à s’interroger sur les processus électoraux en Afrique, se félicitant de l’issue heureuse de la crise postélectorale en Gambie.
 
Le président tchadien s’exprimait à l’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba.
 
Selon lui, "il y a lieu de s’interroger sur les processus électoraux en Afrique qui sont la plupart du temps attendus avec anxiété par les populations, tant les risques d’affrontements qu’ils comportent sont nombreux".
 
Idriss Déby Itno s’est toutefois félicité de l’issue heureuse de la crise postélectorale en Gambie et de l’accord intervenu en décembre dernier entre les acteurs politiques en République du Congo(RDC).
 
Il a dressé un bilan positif des actions menées par l’organisation continentale, citant notamment "la crise libyenne, le drame humanitaire au Soudan du Sud, le cycle de violences et d’insécurité en Afrique centrale".
 
 Le président sortant de l’UA s’est réjoui des actions entreprises par l’organisation, les communautés régionales et les Etats en vue de contenir la poussée du terrorisme et du radicalisme.
 
Selon lui, une "réponse commune durable aux multiples défis sécuritaires" auxquels le continent se trouve confronté, passe par la mutualisation des moyens des Etats et financiers.
 
"C’est pourquoi nous soulignons l’impérieuse nécessité de l’opérationnalisation effective de la Force africaine en attente, ainsi que la capacité africaine de réponse immédiate aux crises", a dit le président Déby.
 
Les travaux du 28e sommet de l’Union africaine (UA) ont démarré lundi en milieu de matinée à Addis-Abeba, en présence d’une quarantaine de chefs d’Etat et de gouvernement, parmi lesquels le président guinéen Alpha Condé, qui a hérité de la présidence tournant de l’UA pour un mandat d’une année.
 
 Le président de la République, Macky Sall, a également assisté à la cérémonie d’ouverture de cette rencontre prévue pour se dérouler jusqu’à mardi soir, sur le thème "Tirer pleinement parti du dividende démographique en investissant dans la jeunesse".
 
Etaient aussi présents, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, et le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abass, entre autres personnalités.
 
 Le retour du Maroc au sein de l’organisation continentale et l’élection du successeur de la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma à la présidence de la Commission de l’UA figurent à l’agenda de ce sommet.
 
Cinq candidats sont en lice pour ce poste, à savoir l’Équato-Guinéen Agapito Mba Mokuy, la Botswanaise Pelonomi Venson-Moitoi, le Sénégalais Abdoulaye Bathily, le Tchadien Moussa Faki Mahamat et la Kényane Amina Mohamed Jibril. 
 
L’élection du nouveau président de la Commission de l’UA est prévue lundi après-midi.
 
 Dimanche, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a réitéré son soutien à la candidature du professeur Abdoulaye Bathily, a déclaré le président de sa Commission, Marcel Alain De Souza.
 
Arrivé samedi très tôt à Addis-Abeba, le président Sall a assisté le même jour à la présentation du rapport sur le Sénégal du Mécanisme africain de revue par les pairs (MAEP).
 
Macky Sall a ensuite eu des entretiens bilatéraux avec certains de ses homologues, avant de participer, dimanche, à plusieurs rencontres, dont une concertation sur la crise postélectorale en Gambie et l’évolution politique en Guinée Bissau.
 
Le président Sall a par ailleurs assisté à une réception offerte par le roi du Maroc Mohamed VI, dimanche soir.
 

BHC/BK/MKB