Election présidentielle : la Francophonie appelle à préserver
APS
GABON-POLITIQUE-SCRUTIN-AVIS

Election présidentielle : la Francophonie appelle à préserver "un environnement politique apaisé"

Dakar, 31 août (APS) – La mission d’information et de contacts de la Francophonie à l’élection présidentielle du 27 août au Gabon souligne "la nécessité de préserver un environnement politique apaisé" pour achever le processus électoral en cours et garantir le succès des futures élections législatives.
 

"La Francophonie souligne la nécessité de préserver un environnement politique apaisé, indispensable à l’achèvement du présent processus et du succès des élections législatives à venir", indique l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) dans un communiqué reçu à l’APS.
 
A l’invitation des autorités gabonaises, Michaëlle Jean, Secrétaire Générale de la Francophonie, a dépêché au Gabon une mission d’information et de contacts à l’occasion de l’élection présidentielle du 27 août 2016 dans ce pays, précise la même source.
 
"Dans l’attente de la fin de ce processus, la Francophonie appelle le peuple gabonais à garder la sérénité et invite les différents candidats à continuer à privilégier l’intérêt de la Nation", mentionne encore le communiqué.
 
"Dans un souci de transparence, elle encourage les organes compétents à poursuivre le travail de traitement des résultats et insiste sur l’importance de préserver l’intégrité du vote des électeurs", insiste la Francophonie.
 
Conduite par M. Ahmedou Ould Abdallah, ancien ministre mauritanien des Affaires étrangères et de la Coopération et ancien Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Burundi, en Afrique de l’Ouest et en Somalie, cette mission a mobilisé un parlementaire, des personnalités de haut niveau et des experts électoraux provenant de plusieurs Etats membres, renseigne le texte.
 
La Mission de la Francophonie s’est entretenue avec les autorités de l’Etat, les candidats, les responsables des institutions et organes impliqués dans l’organisation et la gestion du processus électoral, les acteurs de la société civile ainsi qu’avec les autres missions électorales déployées par les partenaires internationaux, lit-on encore dans le communiqué.
 
Il indique que la mission a pu se déployer dans plusieurs centres de vote, essentiellement dans les communes de Libreville et de Ntoum. A ce stade, la mission a pu établir les constats suivants, d’une part, un comportement pacifique de nombreux électeurs qui se sont déplacés pour aller voter, une présence discrète des forces de l’ordre mobilisées pour sécuriser les opérations de vote, informe la Francophonie.
 
Elle dit avoir constaté d’autre part, une ouverture tardive des bureaux de vote dans certains centres, due essentiellement aux lenteurs ou difficultés dans la mise en place du matériel électoral ou encore à l’absence de certains membres de bureaux de vote , une faible présence des délégués des candidats, à l’exception des deux principaux, dans les bureaux de vote souligne-t-elle.
 
Selon la Francophonie, les autres observations concernent des disparités dans l’application des procédures de vote, d’un bureau à un autre l’impossibilité, pour certains électeurs qui n’ont pu retirer leurs cartes, d’exercer leur droit de vote et des insuffisances manifestées par certains membres des bureaux de vote en ce qui concerne la maîtrise des opérations électorales.
 
ASB/PON