Destruction des mausolées de Tombouctou:l’UNESCO salue l’ouverture du procès à la Haye
APS
AFRIQUE-JUSTICE

Destruction des mausolées de Tombouctou:l’UNESCO salue l’ouverture du procès à la Haye

Dakar, 23 août (APS) - La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova a salué mardi l’ouverture du procès du Malien Ahmad Al Faqi Al Mahdi devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye pour destruction des monuments et bâtiments culturels.
 
Il est accusé d’avoir "dirigé intentionnellement des attaques" contre neuf des mausolées de Tombouctou et contre la porte de la mosquée Sidi Yahia, entre le 30 juin et le 11 juillet 2012, renseigne un communiqué reçu à l’APS. 
 
Selon la même source, le Malien a décidé de plaider coupable de crime de guerre de la destruction de mausolées classés au Patrimoine mondial de l’humanité à Tombouctou. 
 
Elle ajoute que ‘’la décision de l’accusé de plaider coupable, et les excuses adressées au peuple Malien ouvrent également une perspective de réconciliation et de vérité pour le Mali’’.
 
Selon la directrice de l’UNESCO, ‘’ce procès historique, le premier devant un tribunal international pour destruction des monuments et bâtiments culturels, incarne la détermination de la communauté internationale à ce que ce type de crime soit sanctionné avec toute la force de la loi, non seulement au Mali mais partout dans le monde’’.
 
Irina Bokova estime que cette audience ‘’marque une nouvelle étape dans la pleine reconnaissance de la destruction délibérée du patrimoine comme crime de guerre, après des décennies d’efforts déployés par l’UNESCO et par la communauté internationale, notamment depuis la destruction du Port de Dubrovnik en Croatie, (…),’’.
 
‘’C’est également une étape décisive dans la prise de conscience que la protection de la culture est une question majeure de paix et de sécurité, inséparable de la protection des vies humaines et sur laquelle l’UNESCO s’engage et travaille avec le Conseil de sécurité des Nations Unies depuis des années’’, souligne-t-elle.
 
 
Elle ajoute que la destruction du patrimoine culturel est l’une des principales causes des conflits du monde moderne, soulignant que ‘’l’UNESCO a immédiatement sonné l’alarme après la destruction du premier mausolée en 2012 et porté ce sujet à l’attention de la Cour’’. 
 
 
‘’L’UNESCO reste pleinement mobilisée dans l’analyse complète et juste de ce cas précis et ne ménagera aucun effort pour soutenir le travail de la CPI et de la procureure Fatou Bensouda, dans le respect de son mandat et de ses compétences ainsi qu’au gouvernement du Mali ’’, assure la directrice générale.
 
L’audience devrait durer "environ une semaine’’, avaient indiqué les juges. Le jugement et la condamnation suivront à une date ultérieure. L’accusé encourt une peine de 30 ans maximum.
 

SK/ASB