AIDA exhorte l’Etat à
APS
SENEGAL-SANTE-SOCIETE

AIDA exhorte l’Etat à "s’inscrire dans la dynamique de lutte active’’ contre la dépigmentation

Dakar, 19 jan (APS) – L’Association internationale d’information sur la dépigmentation artificielle (AIDA) exhorte les autorités à "s’inscrire dans la dynamique de lutte active contre ce phénomène social’’, pour préserver la santé de la femme et de l’enfant. 
 
Dans un communiqué reçu à l’APS, AIIDA, créée le 19 janvier 2002, exhorte les autorités à ‘’s’inscrire dans la dynamique de lutte active contre ce phénomène social afin que la santé de la femme et partant celle de la mère et de l’enfant soient préservées, conformément aux priorités de santé du Sénégal’’.
 
L’association se réjouit ‘’des avancées notables de la lutte avec notamment une meilleure connaissance des complications médicales par les populations et une prise en compte de ce phénomène social dans le débat public’’.
 
Mais elle déplore ‘’le fait qu’aucune mesure forte n’a été prise par les autorités étatiques pour une interdiction de la vente des dermocorticoïdes, des produits à base d’hydroquinone et de mercure, une interdiction de la publicité des produits dépigmentant, une instauration d’un système national de cosmétovigilance’’.
 
AIIDA fête ses 15 années de lutte contre les méfaits de la dépigmentation artificielle communément appelée ‘’Xeesal ‘’ au Sénégal. 
 
Alors qu’un pays comme la Côte d’Ivoire a interdit la vente des produits cosmétiques dépigmentant contenant des corticoïdes et de l’hydroquinone, l’association note que le Sénégal, ‘’où des cas de cancers cutanés ont été rapportés, tarde à prendre des mesures idoines pour lutter contre ce fléau’’. 

OID/ASG