Un spécialiste rappelle les avantages de la réforme de l’hydraulique rurale
APS
SENEGAL-HYDRAULIQUE

Un spécialiste rappelle les avantages de la réforme de l’hydraulique rurale


Bambey (Diourbel), 9 juil (APS) - Le directeur général d’Aquatech-Sénégal, Pape Baye Diop a rappelé, lundi à Bambey (Diourbel), les avantages de la réforme de l’hydraulique rurale devant permettre aux populations d’avoir "une eau de qualité en quantité suffisante".


"Cette réforme-là [hydraulique rurale] c’est pour le bien-être des populations", a-t-il dit en conférence de presse.

Rappelant que l’Etat a, dans le cadre de la délégation de service public en matière d’hydraulique rurale, signé un contrat d’affermage avec la société Aquatech pour la gestion de l’eau dans les régions de Diourbel, Thiès, Ziguinchor, Kolda et Sédhiou.


Le directeur général d’Aquatech-Sénégal réagissait au mouvement de contestation d’habitants de Bambey-Sérère, Réfane, etc. de la nouvelle réforme dans le secteur de l’hydraulique rurale. Ces populations protestent contre l’augmention du prix du mètre cube qui est passé de 200 à 250 francs CFA.


Selon M. Diop, "cette délégation de service va se faire sur une période de 10 ans" pendant laquelle sa société aura en charge la gestion de l’eau dans le monde rural. Aquatech-Sénégal s’occupera alors de la maintenance, de l’exploitation, de la production et de la distribution d’eau, a-t-il expliqué.


"C’est à l’Etat de décider du prix de l’eau dans le monde rural. Aujourd’hui l’arrêté est sorti et le prix de l’eau est fixé à 250 f/m3 pour les concessions, 200 F/m3 pour le maraîchage et les abreuvoirs", a précisé le directeur général d’Aquatech-Sénégal.


"Dans certaines zones les gens payaient le mètre cube à 400 francs CFA ou même plus donc cette réforme vient harmoniser les prix dans tout le pays", a fait remarquer Pape Baye Diop.


Qui laisse entendre que "la fixation de prix va dans l’intérêt des populations qui, de façon générale, paieront l’eau un peu moins chère". Et Pape Baye Diop de rappeller que "ce prix, c’est au mètre cube c’est-à-dire que 1000 litres d’eau équivalent à 40 bassines d’eau". 


Dans sa première phase, le programme va prendre en charge 63 forages de la région de Diourbel et d’autres sites seront enrôlés dans la deuxième phase.


"L’Etat veut utiliser le peu de moyen qu’il a pour faire de nouveaux forages et que tout le monde ait accès à l’eau. Il reviendra alors aux privés de gérer en attendant les forages existant" a soutenu M. Diop.

Il a explique cette décision par le fait que "les potences, les bornes fontaines ne doivent plus exister en 2018 au Sénégal. Tout le monde doit avoir accès l’eau".


Le directeur général d’Aquatech-Sénégal a invité les Asufor (associations des usagers de forages) dont le mandat est arrivé à terme à travailler avec sa structure dans "un modèle correct".


FD/PON