Le port fluviomaritime de Saint-Louis permettra un développement économique de la sous-région (ministre)
APS
SENEGAL-AFRIQUE-DEVELOPPEMENT

Le port fluviomaritime de Saint-Louis permettra un développement économique de la sous-région (ministre)

Saint-Louis, 10 avr (APS) - Le projet du port fluviomaritime de Saint-Louis va participer au développement économique de la sous-région, a déclaré, mardi, le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye, annonçant que les travaux vont bientôt démarrer.
 
M.Faye s’exprimait lors de l’ouverture à Saint-Louis de la 6eme session de l’Association internationale initiatives pour l’avenir des grands fleuves (IAGF).
 
La rencontre est axée sur le thème : "Rendre le fleuve Sénégal navigable pour en faire un instrument de développement économique et d’intégration".
 
Le projet du port fluviomaritime va rendre navigable le fleuve Sénégal à partir de Saint-Louis jusqu’à Ambibédi (Mali), selon le ministre de l’Hydraulique.
 
Il a expliqué que ce port de Saint-Louis permettra égalment l’ouverture du fleuve Sénégal sur la mer à travers l’embouchure et pourra stabiliser la brèche pour mettre fin aux nombreux accidents en mer.
 
Le projet navigation du fleuve Sénégal, avec un aménagement du chenal navigable sur 915 kilomètres de Saint-Louis à Ambibédi, sera un port fluviomaritime moderne, digne de ce nom,a souligné le commissaire de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), Hamed Diane Semega.
 

Il sera doté de toutes les infrastructures pour faire revivre le fleuve Sénégal, en terme d’échanges et de dynamisme de développement, a t-il souligné.
 

Selon lui, le véritable développement du fleuve Sénégal et du bassin reste la réalisation du grand projet structurant du port fluviomaritime de Saint-Louis, avec un financement estimé à près de 300 millions d’euros, dont les travaux vont démarrer d’ici fin 2018.
 
Le choix de Saint-Louis pour abriter le port fluviomaritime n’est pas fortuit, a dit M. Semega. Il a ajouté : ‘’mais c’est un choix de raison’’ qui permettra aux Etats du Mali, de la Guinée, de la Mauritanie et du Sénégal, qui sont les principaux bailleurs de ce projet structurant, de booster leur économie.
 
Le complexe portuaire dans la zone de Saint-Louis sera doté d’un port de commerce, d’un port de pêche et d’un port de plaisance,a-t-il fait savoir.
 
Erik Orsenna, le président de l’Association initiatives pour des grands fleuves (IAGF), a quant à lui, souligné que l’OMVS est "un exemple d’organisation internationale pour une gestion commune entre quatre pays d’un trésor qui est le fleuve, un facteur de paix et de développement".
 
Le président de l’IAGF, par ailleurs spécialiste du développement durable, a soutenu que l’OMVS joue un rôle exemplaire pour la stabilité et la gestion de la paix entre ses Etats membres.
 
Il a noté que le port fluviomaritime permettra aux pays membres, de faire de ce "trésor du fleuve, l’agent moteur du développement grâce à la navigabilité entre les pays, pour à la fois développer les questions de minerai, mais aussi de périmètres irrigués".
 
Selon lui, les experts et spécialistes de l’IAGF, venus de tous les horizons du monde, en conclave au Sénégal, vont se parler, partager et échanger pour donner des solutions sur les problèmes liés au thème de la rencontre.
 
L’organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), accueille du 9 au 13 avril la 6eme session de l’Association internationale initiatives pour l’avenir des grands fleuves (IAGF), une première rencontre qu’elle organise en Afrique pour consacrer ses travaux à un fleuve du continent africain. 

BD/ASB/OID