Vers la création d’un réseau national des pépiniéristes
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT

Vers la création d’un réseau national des pépiniéristes

Mbour, 27 sept (APS) – Des acteurs de la protection de la nature et l’ONG Enda Madesahel se sont engagés à mettre sur pied un réseau national des pépiniéristes dans le but de mettre en place une synergie d’actions visant la préservation de la biodiversité à travers la promotion de l’agroforesterie, a appris l’APS.

"A travers ce réseau, on veut créer des synergies d’actions dans la préservation des ressources forestières", a notamment dit Monique Diouf Agbo, coordinatrice adjointe de l’ONG Enda Madesahel.
 
Elle s’exprimait à Mbour (ouest) au cours d’un atelier de recherche-action sur les indicateurs pertinents de développement durable, communément appelés ODD15, tenu dans les locaux de l’ONG Enda Madesahel.
 
"Durant cet atelier, des organisations locales se sont volontairement engagées à mettre à disposition leurs pépinières. Notre rôle sera d’assurer la coordination de l’ensemble de ces pépinières-là et de pouvoir créer une base de données sur les plantes disparues ou celles en voie de l’être, de savoir où est-ce qu’on peut les retrouver et comment les réintroduire dans leurs habitats naturels", a expliqué Mme Agbo.
 
L’objectif, selon elle, c’est de promouvoir la préservation de la biodiversité pour tous, en intégrant tous les acteurs dans ce combat qui nécessite la limitation de la coupe des arbres pour le bois de chauffe ou pour l’usage médicinal, de reconstituer les pépinières des espèces forestières en quantité suffisante par des actions de reboisement et de travailler à la disponibilité de documents de base relatif à la flore menacée.
 
De son côté, la capitaine Bineta Ndiaye Cissé, chef du service départemental des Eaux, forêts et chasse de Mbour, a reconnu que beaucoup d’espèces ligneuses, végétales sont en voie de disparition.
 
Mme Cissé promet une "étroite collaboration" entre ses services et l’ONG Enda Madesahel ainsi qu’un appui technique et un accompagnement des populations à travers les collectivités territoriales et les mouvements de femmes et de jeunes.
 
"La gestion de l’environnement étant transférée aux collectivités territoriales, elles sont conscientes du rôle important qu’elles peuvent jouer dans la gestion de ces ressources. D’où la collaboration qui doit avoir lieu entre elles, les populations et les services techniques pour annihiler cette menace qu’il y a dans la préservation des espèces forestières", a-t-elle indiqué.

ADE/ASB

Dans la même rubrique