Assainissement en milieu rural : un taux de 42,3% en 2017, contre 32,6% en 2012 (ministre)
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-ENVIRONNEMENT

Assainissement en milieu rural : un taux de 42,3% en 2017, contre 32,6% en 2012 (ministre)

Ndiébène Gandiol (Saint-Louis), 3 août (APS) - L’assainissement en milieu rural a connu ‘’des avancées significatives’’ avec un taux de 42,3 pour cent au 31 décembre 2017, contre 32,6 pour cent en 2012, a révélé vendredi le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye. 
 
Cette performance ‘’résulte des efforts consentis’’ dans le sous-secteur de l’assainissement rural depuis l’avènement du président Macky Sall au pouvoir, en mars 2012, a expliqué M. Faye.

Il s’exprimait lors de l’inauguration du sanimarché de la commune de Ndiébène Gandiol, à Saint-Louis. Ce marché de l’assainissement est mis en place avec l’objectif de mettre à la disposition des 200 ménages de cette localité, des latrines et accessoires d’hygiène à faible coût.
 
Mansour Faye a affirmé que son ministère ambitionne de ‘’mettre à la disposition des ménages du département de Saint-Louis, 10.000 latrines’’, afin d’être en phase avec les objectifs de développement durable à l’horizon 2030, ‘’pour un accès à 100% de tous les ménages à l’assainissement’’.
 
Il a par ailleurs annoncé que ‘’le grand Forum mondial de l’eau, prévu à Dakar en 2021, représente un défi important pour le Sénégal’’, afin que le pays ne ‘’soit pas en reste dans l’atteinte de l’accès universel à l’assainissement’’.
 
Il s’est félicité de l’initiative de l’ONG GRET, en partenariat avec le service régional de l’assainissement de Saint-Louis et l’Agence régionale de développement ARD), pour la mise en œuvre de ce projet-pilote, dénommé ‘’Marketing de l’assainissement’’.
 
Selon lui, il a été initié dans le cadre du programme ‘’Appui aux initiatives des collectivités locales pour l’hydraulique et l’assainissement (AICHA), pour ‘’promouvoir l’équipement des ménages en latrines améliorées’’.
 
Le chef du service régional de l’assainissement de Saint-Louis, Abdoulaye Senghor, a précisé que ‘’ce projet consiste à employer les méthodes issues du secteur privé afin d’améliorer l’offre et stimuler la demande en matière d’ouvrages d’assainissement améliorés’’. 
 
M. Senghor a en outre dit que l’installation de l’usine de fabrication de latrines et d’accessoires d’hygiène à faibles coûts, à un lieu proche des populations, ‘’permet d’atteindre les objectifs, afin d’amener les personnes à adopter les bonnes pratiques d’hygiène et d’assainissement dans les localités cibles’’.

BD/ASG/OID