Les risques liés aux changements climatiques, ‘’une préoccupation croissante’’ des autorités publiques (officiel)
APS
SENEGAL-ENVIRONEMENT-COLLECTIVITES

Les risques liés aux changements climatiques, ‘’une préoccupation croissante’’ des autorités publiques (officiel)

Saly-Portudal (Mbour), 14 nov (APS) - Les risques liés aux changements climatiques et aux catastrophes naturelles comme les inondations constituent ‘’une préoccupation croissante’’ des autorités publiques et des populations du fait surtout des menaces qu’ils font peser sur les personnes et les biens, a souligné mardi le directeur de l’appui au développement local (DADL), Mbagnick Diouf.
 
S’appuyant sur une évaluation globale faite conjointement par le gouvernement du Sénégal et la banque mondiale, M. Diouf rappelle que les inondations d’août 2009 avaient occasionné des pertes estimées à plus de 44 milliards de francs CFA, avec plus de 300 000 sinistrés dans la zone périurbaine de Dakar.

Aussi, plusieurs secteurs avaient ressenti l’ampleur du phénomène et le plus lourd tribut avait été payé par le logement avec 49% des pertes estimées, a ajouté Mbagnick Diouf.

Il présidait, à Saly-Portudal (Mbour, ouest), au nom du ministre de la Gouvernance territoriale, du Développement et de l’Aménagement du territoire, le démarrage de la quatrième session de formation de l’Agence de développement municipal (ADM) sur le thème : ‘’Gestion urbaine : Réglementation, normes et standards’’.

La tenue de cette session de formation entre dans le cadre du Projet de gestion des eaux pluviales et d’adaptation aux changements
climatiques (PROGEP). Ce projet vise, entre autres objectifs, la réalisation d’ouvrages de drainage et d’équipement, mais aussi d’éducation et de sensibilisation sur les différentes règles et normes de construction et d’aménagement.

‘’Il est de notoriété que la dynamique des relations qu’entretiennent les sociétés humaines avec leur environnement, ainsi que les politiques et les dispositifs visant à promouvoir la gestion des territoires et de leurs ressources, dans une perspective de protection de l’environnement, ne peuvent plus se faire de manière
cloisonnée’’, a-t-il affirmé. 

Il a ajouté que les actions entreprises jusqu’ici sont en ‘’parfaite cohérence’’ avec les orientations du Plan Sénégal émergent (PSE).
Partant du constat que cette question est en constante évolution, Mbagnick Diouf est d’avis qu’il s’agit en priorité d’analyser, sous le prisme de la gestion des risques, les nouveaux enjeux, les contraintes et les vulnérabilités associés au concept de développement durable, à la gouvernance des territoires, etc.

‘’Conformément à l’ambition du président Macky Sall, déclinée à travers le PSE et l’Acte 3 de la décentralisation, le but est de faire de nos villes des territoires prospères er résilients grâce à des acteurs conscients des limites présentes de leurs espaces de vie et avec lesquelles ils doivent composer’’, a dit le directeur de l’appui au développement local.

‘’Certes, la réalisation d’ouvrages de drainage et d’autres équipements est indispensable voire primordiale pour la gestion des risques d’inondation. Toutefois, vous conviendrez avec moi que la solution viable et durable à la problématique des inondations ne saurait être réduite à la seule édification de telles infrastructures’’, a-t-il insisté.
 
 
 
 
 
 

ADE/MD