Vers la validation d’un mécanisme de financement des producteurs de charbon de bois
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT

Vers la validation d’un mécanisme de financement des producteurs de charbon de bois

Dakar, 6 fév (APS) - Le Réseau national des fédérations de producteurs locaux de charbon de bois va disposer désormais d’un mécanisme de mobilisation de ressources et d’un schéma pratique d’application du manuel de gestion des camions mis à leur disposition par le Projet de gestion durable et participative d’énergies traditionnelles et de substitution (PROGEDE), a appris l’APS.

 
 
Ces mécanismes élaborés par le PROGEDE seront proposés pour validation à l’issue d’un atelier de trois jours ouvert, lundi, à l’Institut de technologie alimentaire (ITA) en présence des membres du Réseau et des Inspecteurs régionaux des Eaux et forêts des régions de Tambacounda, Kolda, Kaffrine et Sedhiou, zones d’impact du projet. 
 
Il s’agit ainsi de valider les mécanismes de financement du Réseau national des producteurs locaux et valider les dispositions pratiques pour opérationnaliser le manuel de gestion de camions acquis dans le cadre du projet, a expliqué le Coordonnateur des opérations du PROGEDE, Alassane Ngom.
 
En effet, a-t-il relevé, il y a aujourd’hui une exploitation des ressources forestières avec une émergence de producteurs locaux qui s’impliquent dans la gestion de la filière à travers l’élaboration de plans d’aménagement. 
 
Ces populations, organisées au niveau local et habitant autour de ces forêts aménagées, ont aujourd’hui mis en commun leurs moyens pour exploiter et bénéficier des retombées de la mise en valeur des ressources de leurs terroirs à travers un réseau national a dit Alassane Ngom. 
 
Il a ajouté que "la forêt étant une ressource renouvelable, des dispositions ont été prises pour inscrire tous les prélèvements dans un plan d’aménagement technique".
 
Le défi pour le PROGEDE, selon son coordonnateur, "c’est le respect de ce cadre d’aménagement avec les prescriptions techniques".

C’est pourquoi, les acteurs locaux qui exploitent le bois pour en faire du charbon sont plus à même de relayer le service forestier pour un suivi beaucoup plus rapproché de ce plan.
 
L’idée est, à travers une analyse des sources de recettes et mécanismes de financement, de "les motiver plus pour une préservation de la forêt" a souligné M. Ngom.

Les formations dispensées aux membres du réseau ont trait à la préservation, au développement et à la gestion rationnelle des ressources naturelles.
 
Le Directeur adjoint du Service des Eaux et Forêts, Colonel Ousmane Cissokho, venu présider l’ouverture de l’atelier a souligné que "l’exploitation de la forêt ne doit plus être synonyme de dégradation de l’environnement".
 
"L’exploitation des ressources forestières ne doit plus aboutir à une quelconque dégradation mais doit s’inscrire dans la logique d’un traitement sylvicole propre contribuant à leur développement" a-t-il relevé.
 
Le second volet de l’atelier porte sur le mode de gestion des deux camions mis à la disposition des producteurs par le PROGEDE, une organisation qui est à cheval sur 4 régions, à savoir Tambacounda, Kolda, Sedhiou et Kaffrine.

Il s’agit donc pour les producteurs de ces régions d’adopter "des méthodes de gestion équitables, transparentes" qui permettent d’évacuer tout risque de conflits liés à l’utilisation de ces camions mis à leur disposition par le PROGEDE.
 
C’est pourquoi, le projet a appuyé les producteurs pour la mise en place d’un manuel de gestion de ces camions. L’atelier permettra la validation de ce manuel pour sa compréhension et son opérationnalisation, selon les termes de référence de la rencontre qui prend fin mercredi. 
 

ADL/PON