Les femmes journalistes invitées à comprendre les enjeux du changement climatique
APS
AFRIQUE-MEDIAS-GENRE

Les femmes journalistes invitées à comprendre les enjeux du changement climatique

De l’envoyée spéciale de l’APS, Adama Diouf Ly
 
Casablanca, 6 mars (APS) - Arona Diédhiou, directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), a appelé les femmes journalistes réunies au sein du réseau ‘’Les Panafricaines’’ à d’abord ‘’comprendre les enjeux du changement climatique dans le monde et sur leur continent avant d’aspirer à devenir des actrices de changement.
 
‘’Avant d’être actrices de changement, il faut comprendre les enjeux des changements climatiques en travaillant avec les chercheurs’’, a-t-il dit en marge de l’ouverture, vendredi, à Casablanca, de la 3e édition du Forum des ‘’Panafricaines’’.
 
Panéliste à côté d’autres experts des questions climatiques, lors du ‘’Grand débat’’ d’ouverture sur le thème ‘’Urgence climatique : les médias acteurs du changement’’, le chercheur a estimé que ‘’comprendre ces changements, c’est ne pas attendre une catastrophe pour interviewer les gens, mais participer à la phase de préparation, à la réduction des risques et catastrophes’’. 
 
‘’A un moment, les journalistes doivent aller à l’université, dans les laboratoires, là où se font les recherches sur les changements climatiques, rencontrer les vrais acteurs qui connaissent la science du climat, pour avoir les bonnes informations sur l’évolution de la problématique’’, a-t-il conseillé.
 
M. Diédhiou estime que ‘’l’engagement des journalistes doit commencer par une parfaite maîtrise des enjeux’’. Selon lui, les femmes travaillant les médias doivent participer, aux côtés des leaders politiques, à la réduction des risques et catastrophes, pour transmettre la bonne information aux populations.
 
‘’On essaie de le faire en tant que scientifiques, mais on ne le fera jamais mieux que vous journalistes’’, a souligné le chercheur. Ce qui justifie la nécessité d’un partenariat stratégique entre chercheurs du climat et journalistes, pour transmettre l’information climatique, qui permet aux populations vulnérables de s’adapter et de faire face aux effets néfastes des changements climatiques. 
 
‘’Il y a des initiatives locales endogènes qui marchent, et les journalistes doivent véhiculer ces informations pour qu’on puisse les évaluer pour voir si elles contribuent à la résilience’’, a souligné Arona Diédhiou.
 
Le véritable défi qui se pose aux journalistes, dit-il, c’est qu’à cause de la façon elle est transmise, l’information climatique n’est pas toujours accessible et compréhensible pour les femmes vivant dans les zones rurales.
 
Dès lors, ‘’les journalistes doivent s’efforcer de comprendre les besoins de ces femmes et essayer de développer de bons services climatiques’’, a proposé M. Diédhiou.
 
Le forum des ‘’Panafricaines’’, d’une durée de deux jours, permettra aux 300 membres de ce réseau venues de 54 pays d’Afrique de se pencher sur diverses thématiques, comme l’impact sanitaire des changements climatiques, la gestion des déchets, l’agriculture durable, etc.

ADL/ASG/ESF