Une station météorologique automatique réceptionnée à Thiès
APS
SENEGAL-METEO-EQUIPEMENT

Une station météorologique automatique réceptionnée à Thiès

Thiès, 23 oct (APS) - Une nouvelle station météorologique automatique a été réceptionnée mardi à la base de l’armée de l’Air à Thiès, lors d’une cérémonie co-présidée par le ministre de l’Environnement et du développement durable Mame Thierno Dieng et son collègue des Forces armées, Augustin Tine.
 
Cet équipement a été acquis grâce au financement du PNUD, dans le cadre du Programme de renforcement de la gestion des terres et écosystèmes des Niayes et de la Casamance dans un contexte de changement climatique (PRGTE).
 
L’installation de cette station météorologique automatique (SMA), s’inscrit dans un processus de remplacement des stations manuelles. A ce jour, ‘’une dizaine’’ de stations automatiques existent dans le pays, sur les 24 prévues.

L’ANACIM ambitionne de substituer des SMA à toutes les stations traditionnelles restantes, a indiqué son directeur général Maguèye Maham Ndao.
 
Contrairement aux stations d’observation météorologique de type manuel qui nécessitent la présence humaine, pour relever les données à chaque heure, les stations automatiques permettent de transmettre ‘’directement par GPRS à chaque heure, toutes les données au centre de calcul de l’ANACIM à Dakar’’, a expliqué M. Ndao, au terme d’une visite de la station.
 
Le PNUD prévoit, en plus de la station automatique de Thiès, d’installer trois autres de ce genre dans les régions de Louga, Kolda et Ziguinchor. 
 
Ces stations vont améliorer en les rendant plus fiables les données de base, collectées et utilisées pour les prévisions météorologiques, aussi bien au Sénégal qu’à travers le monde, par le biais du Réseau mondial d’observation météorologique, de l’Organisation météorologique mondiale, a dit le DG de l’ANACIM.

Le Sénégal est un centre principal d’observation dans cette organisation.
 
Les stations d’autres structures seront mises à contribution, pour densifier le réseau d’observation existant de l’ANACIM, a assuré M. Ndao.
  
Le PRGTE lancé en 2016 pour une durée de 5 ans, cible 10 communes des régions de Thiès, Louga, Kolda, Ziguinchor et Sédhiou.
 
Il vise à mettre en place des systèmes de gestion de l’information climatique, pour déterminer et assurer le suivi des effets des changements climatiques sur les écosystèmes et les communautés, a expliqué le ministre de l’Environnement et du Développement durable, lors d’une cérémonie au Centre Forêt de Thiès.
 
Le projet, a-t-il ajouté, s’évertue à développer des options d’adaptation, en encourageant l’adoption de pratiques résilientes en matière de gestion des terres et des écosystèmes.
 
Le renforcement des capacités individuelles, familiales et communautaires à répondre au changement climatique, est un autre axe d’intervention du PRGTE.
 
Le Projet s’attend à ce qu’à terme, ‘’au moins 3.500 personnes des régions de Dakar, Louga, Thiès, Ziguinchor, Sédhiou et Kolda (soient) couvertes par des mesures de gestion des risques’’ liés au changement climatique, note un document. 
 
Reboisement, restauration de mangrove, activités agro-pastorales et agro-forestières résilientes et gestion durable de l’eau, sont des exemples d’activités ciblées par le projet.
 
D’un coût de 2,5 milliards de francs CFA, le PRGTE a déjà produit des semences à cycle court, réalisé des brise-vents dans les Niayes, régénéré des palmeraies en Casamance et restauré la moitié des 100 ha de mangrove prévus, etc., a indiqué son coordonnateur, le colonel Oumar Diaw, ingénieur des Eaux et Forêts.
 
Pour lui, la participation de 18 partenaires techniques à sa mise en œuvre, peut constituer un gage de la pérennisation des activités, à la fin du projet.
 

ADI/OID