Une croissance verte et inclusive reste
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT

Une croissance verte et inclusive reste "un défi à relever" pour le Sénégal (ministère)

Dakar, 17 mai (APS) - Une croissance verte et inclusive reste un défi non encore relevé par le Sénégal a déclaré, jeudi à Dakar, le secrétaire général du ministère de l’Environnement et du Développement durable, Amadou Lamine Guissé.



"Malgré plusieurs initiatives en cours, la croissance verte reste un défi non encore relevé pour le Sénégal qui manque de moyens appropriés pour créer des emplois verts et durables pour les jeunes et les groupes vulnérables" a réaffirmé, M. Guissé.


Le secrétaire général du ministère de l’Environnement présidait l’ouverture d’un atelier de validation technique nationale pour une croissance verte au Sénégal .

En ce sens, a-t-il indiqué, le rapport exploratoire pour l’économie verte réalisé en collaboration avec l’Institut mondial pour la croissance verte (GGCI) a jeté les bases de la mobilisation nationale pour une croissance inclusive et durable.

"Il nous faut ensemble, créer les conditions pour l’émergence d’entreprise durable, pour que notre pays soit en mesure de concrétiser son potentiel de création d’emplois dans une économie verte" a préconisé Amadou Lamine Guissé.

Selon lui, "l’agriculture et les autres changements d’affectation et l’utilisation des terres comme la foresterie, la pêche, l’élevage et l’aquaculture et le tourisme comme pôles de productivité et l’industrie comme facteur de transformation structurelle et valeur ajoutée, sont ressortis de ce processus de préparation de la stratégie, en tant que moteurs de la croissance verte au Sénégal".


Toutefois, a relevé M. Guissé, "cela ne peut être fait, sans une maîtrise de l’eau, l’amélioration des services sociaux de base, des infrastructures de qualité, l’augmentation des facteurs de productivité au travail mais aussi, une éducation environnementale, le bien-être des communautés locales".

Tous ces efforts devraient, selon Amadou Lamine Guissé, être soutenus par une politique d’investissement massifs d’innovation technologiques et surtout de transfert et de développement de compétences.

Au demeurant, le Sénégal a fourni des efforts considérables depuis les années 2000, en renforçant les équipements des groupements féminins, résolvant des problèmes de santé et d’environnement au profit des femmes, des enfants et des personnes handicapées a rappelé l’officiel.

Selon qui, "la restitution du document issu de ces travaux permettra d’approfondir les résultats obtenus durant les travaux de groupes précédents, afin de consolider les axes stratégiques d’intervention prioritaires".

"Ce sera aussi une étape importante, vers la validation politique prévue à la prochaine conférence nationale sur le développement durable (CNDD) qui aura lieu du 29 au 31 mai prochain au centre international de conférence Abdou Diouf de Dakar (CICAD)" a ajouté Amadou Lamine Guissé.

SBS/PON