Un officiel prône l’intercommunalité pour une meilleure opérationnalisation de la Grande muraille verte
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-ENVIRONNEMENT

Un officiel prône l’intercommunalité pour une meilleure opérationnalisation de la Grande muraille verte

Saly-Portudal (Mbour), 27 oct (APS) - Les collectivités territoriales concernées par le projet de la Grande muraille verte doivent tendre vers l’intercommunalité pour une meilleure opérationnalisation de cette initiative destinée à lutter contre les effets du changement climatique et de la désertification en Afrique, estime le sous-préfet de l’arrondissement d’Orkadiéré (Matam, nord), Alassane Bâ Cissé. 

’’Il faut aller vers une intercommunalité entre les différentes communes traversées par la Grande muraille verte pour pouvoir être beaucoup plus efficace et plus efficient dans l’opérationnalisation des interventions pour la réalisation des actions prévues’’ pour le compte de cette initiative, a-t-il notamment dit.
 
M. Cissé intervenait mercredi au cours d’un atelier à Saly-Portudal (Mbour, ouest), dont l’objectif est de partager et valider le modèle des contrats-plans territoriaux (CPT) mis en oeuvre dans le cadre de la Grande muraille verte, une initiative lancée officiellement en janvier 2007 pour stopper la désertification.
 
Les maires des 17 communes traversées par la Grande muraille verte ainsi que les sept sous-préfets des arrondissements concernés participaient à cette rencontre organisée par l’Agence sénégalaise de la reforestation et de la grande muraille verte (ASRGMV).

L’intercommunalité "va permettre, d’un commun accord, pour chaque décision, de pouvoir aller ensemble dans le cadre de la réalisation de la grande muraille verte qui constitue un projet très pertinent’’, a ajouté le sous-préfet d’Orkadiéré.
 
Ce projet consiste à réaliser un couloir de 15 km de large traversant tout le continent africain, une bande de végétation devant s’étaler de Dakar à Djibouti, sous la forme d’une muraille de 8 000 kilomètres qui traverse 11 pays du continent africain. 
 
Un volet social de cette initiative porte sur la restauration des terres mangées par le désert et la création de millions d’emplois. 
 
M. Cissé juge ce projet d’autant plus pertinent qu’avec le changement climatique, l’avancée du désert et la récurrence des catastrophes naturelles, "il est important que le focus soit mis sur l’environnement, le reboisement et tout ce qui peut permettre à l’humanité de vivre en harmonie".
 
’’Je pense que la forêt et les arbres occupent une place très importante dans notre vie. Il est donc primordial que chacun s’y mette pour qu’on puisse réaliser cet important projet de la Grande muraille verte, afin que le Sénégal, l’Afrique et le monde entier puissent véritablement en bénéficier’’, a-t-il soutenu.
 
Pour inciter les populations à s’approprier le projet de la Grande muraille verte, il a insisté sur l’importance selon lui capitale de la dimension communication.
 
’’Il faut aller vers les populations pour leur expliquer les tenants et les aboutissants de la Grande muraille verte’’, a-t-il lancé.

ADE/BK/ASG