Un festival des alternatives pour relever les défis climatiques
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT-PERSPECTIVES

Un festival des alternatives pour relever les défis climatiques

Dakar, 1er oct (APS) – Le mouvement citoyen populaire de mobilisation collective pour la justice climatique et la valorisation de solutions concrètes "Alternatiba" prône l’organisation de villages temporaires d’alternatives sociales et écologiques pour faire face aux défis climatiques a indiqué, samedi à Dakar, sa porte-parole, Mariama Diallo.   
             
 
"Ce rassemblement est une façon de montrer aux sénégalais que des alternatives existent et qu’on peut bien s’en approprier. Un festival des alternatives présente les moyens concrets permettant dès aujourd’hui à chacun de lutter concrètement contre le changement climatique", a indiqué Mariama Diallo.
 
Elle s’exprimait en marge de l’ouverture officielle d’un "grand village des alternatives", prévu pour durer deux jours à la Place de l’Obélisque.
 
Lancé en fin octobre 2015, le Collectif "Alternatiba" propose de mettre en lumière et de valoriser ces nombreuses alternatives qui existent et permettent l’accès à celles-ci, en favorisant leur appropriation par le large public.
 
"Notre volonté est alors de créer, en amont de l’évènement, une série de rencontres dans divers lieux et endroits de Dakar (jardins publics, centre socioculturels, espaces jeunes, sièges d’associations) pour susciter une appropriation citoyenne et collective de la problématique des changements climatiques", a-t-elle souligné. 
 
Selon Mariama Diallo, il est encore possible d’inverser la tendance mais cela passe par "l’engagement de tout le monde à faire recours aux énergies renouvelables, le choix d’une vraie alternative climatique contre le réchauffement de la terre". 
 
Dans le cadre d’une sensibilisation pour une meilleure compréhension de l’accord de Paris ainsi que sa mise en œuvre, "Alternatiba" compte mettre en place des "quartiers thématiques", a expliqué Mme Diallo.

Ces quartiers destinés à attirer l’attention des acteurs sur l’urgence d’agir porteront sur : Agriculture -Alimentation, (santé, bien-être, Bien communs), Déchets (recyclage, Eco-art, Economie sociales), Education populaire-Environnement et Transport-mobilité.

"C’est une bonne occasion pour conscientiser les populations sur la gravité du changement climatique pour la mobilisation des acteurs en vue de limiter le réchauffement climatiques à 2°C" a, pour sa part, souligné Abdourahmane Ndiaye, un militant écologique.
 
 

DS/PON