Le
APS
MONDE-INNOVATION-ENVIRONNEMENT

Le "Symphos 2019" veut orienter la recherche vers des modes de production "innovants"

De l’envoyée spéciale de l’APS : Sokhna Bator Sall

Ben Guérir (Maroc), 7 oct (APS) - Des scientifiques participant à la 5e édition du symposium international sur l’innovation, la technologie dans l’industrie des phosphates à Ben Guérir, au Maroc, ont pris lundi l’engagement de promouvoir une recherche orientée vers une industrialisation "innovante, pour des modes de production et de consommation de qualité".

"Nous voulons proposer les meilleures technologies en vue de préserver nos ressources et l’environnement. C’est difficile mais l’objectif est d’aller vers cette ambition pour pouvoir demain, transformer tout ce qui est dérivé du phosphate", a indiqué Rachid Boulif, parlant au nom de ces scientifiques.
 
Il intervenait à l’ouverture de la 5e édition du symposium international sur l’innovation, la technologie dans l’industrie des phosphates "Symphos 2019", à l’université polytechnique Mohamed VI de Ben Guérir.
 
Cette rencontre orientée essentiellement sur la recherche appliquée et la technologie, se veut une opportunité pour discuter des technologies du futur, dans le but de produire mieux mais aussi développer davantage de la valeur ajoutée à partir des minerais en général notamment des phosphates.
 
Selon M. Boulif, chercheur au groupe OCP, anciennement Office chérifien des phosphates, "il faut promouvoir la qualité des modes de production et de consommation. Produire de la meilleure façon, introduire la digitalisation dans l’industrie minière".
 
"Demain, nous devons produire d’une autre manière, différente de ce que nous faisons aujourd’hui", a ajouté le chercheur, membre du comité d’organisation de ce symposium.
 
"Les procédés de digitalisation du processus de ponction des phosphates, l’intelligence artificielle qui s’invitent dans l’industrialisation va permettre de produire mieux. L’industrie du phosphate doit suivre de cette évolution", a-t-il prôné.
 
Le "Symphyse 2019", co-organisé par le groupe OCP et l’université Mohamed VI, est axé principalement sur les nouvelles solutions et tendances en matière de valorisation des phosphates et ses dérivés.
 
"Il a permis aux industriels de prendre conscience de la problématique de l’industrie du phosphate, de faire des points d’étape afin de s’améliorer", selon Rachid Boulif.
 
Ainsi, a-t-il souligné, la recherche et les perspectives de développement du secteur seront au cœur des échanges de cette rencontre de trois jours (du 7 au 9) portant sur "les technologies innovantes et disruptives pour une industrie du phosphate durable".
 
 

SBS/BK