UGB : la station pilote d’épuration écologique, début de réponse à l’assainissement (enseignant)
APS
SENEGAL-UNIVERSITE-ASSAINISSEMENT

UGB : la station pilote d’épuration écologique, début de réponse à l’assainissement (enseignant)

Saint-Louis, 12 juin (APS) - La station pilote d’épuration écologique de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (UBG) représente ’’un début de réponse au problème d’assainissement" au sein de cette université, a déclaré mercredi l’enseignant-chercheur, Adrien Coly.
 
Le prototype mis en place permet aussi de "réduire la quantité d’eaux usées" déversées par l’UGB dans le réseau de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (ONAS), a ajouté le professeur Coly lors d’une rencontre de trois jours (11, 12 et 13 juin), entre les élus locaux, responsables de l’UGB et partenaires. 
 
Cette rencontre est axée sur le thème : ’’La gestion durable des eaux : les défis en territoire urbain et péri-urbain’’.
 
Le professeur Coly, également le responsable du projet, a indiqué qu’après leur traitement par la station, les eaux usées "pourront être réutilisées pour l’agriculture et le micro-jardinage’’.
 
 
Antonina Torrens Armengol, responsable de la Fondation ’’solidarité université Barcelone’’, explique de son côté que l’objectif de la rencontre est de partager les expériences de son pays avec les élus locaux sénégalais et responsables de l’UGB, pour ’’la bonne gestion de l’eau dans les villes’’.
 
Avec l’intercommunalité, les collectivités locales gagneraient beaucoup à ’’gérer le cycle de l’eau, de même que les eaux pluviales, de manière efficiente et durable, face à la rareté de cette denrée vitale’’.
 
Le projet s’inscrit dans le cadre du projet "Contribution à la gestion des ressources en eau à Saint-Louis (Phase II)".

Il est initié par l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (UGB), en collaboration avec l’Agence régionale de développement de Saint-Louis (ARD) et de partenaires, dont notamment l’Aire métropolitaine de Barcelone (AMB).

Ce projet est exécuté par la Fondation MON-3 (MON3) et la Fondation Solidarité de l’Université de Barcelone (FSUB). 

BD/ASG/BK