Pour une dynamique régionale de conservation de la biodiversité marine et côtière
APS
SENEGAL-AFRIQUE-ENVIRONNEMENT

Pour une dynamique régionale de conservation de la biodiversité marine et côtière

Dakar, 15 mars (APS) - La préservation de la biodiversité marine nécessite une dynamique régionale pour la conservation et le suivi des oiseaux marins en Afrique de l’Ouest, a fait valoir, le chef de la division des zones humides à la direction des parcs nationaux, le commandant Ibrahima Gueye.

"Nous devons créer une dynamique régionale à développer pour la conservation et le suivi de oiseaux en Afrique de l’ouest", a- t- il réaffirmé, jeudi, à Dakar, lors du lancement du projet de renforcement des capacités pour la conservation et le suivi des oiseaux d’eau le long de la côte de l’Afrique de l’Ouest (DIOE).

Cette rencontre dure deux jours.

Ce projet permettra d’arriver à un niveau d’autonomie souhaitable mais aussi d’avoir des compétences de monitoring, selon le commandant Guèye.

"Ce projet épouse parfaitement nos missions régaliennes de mise en œuvre de la politique de conservation de la biodiversité sur nos territoires nationaux respectifs", a dit M. Gueye.

Cependant, la Fondation pour la nature (MAVA) a décelé six menaces majeures à la biodiversité, toutes reliées entre elles : les perturbations anthropiques, les pollutions issues des activités pétrolières, les infrastructures, le déficit de connaissances, les prises accessoires et la surpêche.

Avec ces six menaces, a souligné Ibrahima Guèye, six cibles de conservation ont été retenues sur lesquelles s’exercent ces menaces.

Il s’agit des tortues marines, des oiseaux marins, des zones humides côtières, les mangroves, les herbiers marins et les petits pélagies.

"Nous nous inscrivons dans une collaboration active pour la réalisation des objectifs du projet mais aussi dans la recherche de synergie d’actions à travers l’ensemble des projets financés par la MAVA", a assuré Ibrahima Guèye.

A cet effet, il a souhaité que ce projet crée une dynamique et un réseau de collaboration actifs, qui devront être renforcés.

Le projet prévu pour trois ans (2018-2020), regroupe quatre pays : Mauritanie, Guinée Bissau, Sénégal et une partie de la Gambie. 

SBS/OID/ASB