Exploitation pétrogazière : un expert réitère la nécessité de ’’dispositifs adéquats’’ et d’un ’’suivi rigoureux’’
APS
SENEGAL-HYDROCARBURES

Exploitation pétrogazière : un expert réitère la nécessité de ’’dispositifs adéquats’’ et d’un ’’suivi rigoureux’’

Dakar, 25 juin (APS) - La gouvernance des ressources pétrogazières du Sénégal doit se traduire par une mise à jour des cadres législatif et règlementaire et la mise en place en place de "dispositifs adéquats" permettant d’assurer "un suivi et un contrôle rigoureux" de l’ensemble de ces activités du secteur, a plaidé, lundi, à Dakar, le directeur exécutif du Programme régional pour la conservation de la zone côtière et marine en Afrique de l’Ouest (PRCM), Ahmed Senhoury.

Dans cette perspective les parlementaires "doivent participer au contrôle en amont en et en aval du développement de ces activités pétrolières et gazières offshore", a-t-il indiqué.

"Il est pertinent de les sensibiliser sur les enjeux et les défis du développement de ce secteur", a ajouté à l’ouverture d’une session de formation destinée aux parlementaires et portant sur la gestion environnementale des activités pétrolières et gazières offshore.

Selon le directeur exécutif du PRCM, "la représentation nationale est amenée à jouer un rôle important en matière d’évaluation des politiques publiques à l’image des politiques relatives aux activités pétrolières et gazières offshore".

Cette orientation est conforme à l’article 59 de la Constitution sénégalaise, aux termes duquel l’Assemblée nationale doit être informée de l’état de mise en œuvre de ces politiques en procédant à leur évaluation, a souligné M. Senhoury.

"Le pétrole et le gaz ne sont pas renouvelables, c’est en ce sens qu’il va falloir évaluer dès le démarrage de l’exploitation de ce secteur, de réfléchir sur les avantages et inconvénients pour peser le pour et le contre afin de gérer avec précaution, le développement de ce secteur", a préconisé le directeur exécutif du PRCM.

Il a évoqué à cet effet l’impact de l’exploitation des ressources pétrogazières la pêche, un secteur jugé vital pour le Sénégal et qui fait travailler "plus de 600 mille personnes", a-t-il relevé. 

La pêche "est importante pour la sécurité alimentaire, mais apporte également des devises, dans le cadre des contrats de pêche avec les pays tiers", a fait valoir Ahmed Senhoury.

S’y ajoute que la zone côtière étant un site touristique, "un risque de pollution peut anéantir tout développement de cette activité", a poursuivi M. Senhoury, disant souhaiter que l’exploitation pétrolière puisse générer "des retombées économiques conséquentes, en minimisant les risques négatifs sur les autres secteurs".

SBS/BK