Plus de 300 millions de FCFA pour renforcer la conservation des oiseaux d’eau
APS
SENEGAL-AFRIQUE-ENVIRONNEMENT

Plus de 300 millions de FCFA pour renforcer la conservation des oiseaux d’eau

Dakar, 15 mars (APS) - La Fondation pour la nature (MAVA) va dégager un montant de près de 340 millions de francs CFA en vue de renforcer les capacités des acteurs à la conservation et au suivi des oiseaux d’eau le long de la côte de l’Afrique de l’Ouest, a appris l’APS.
 
Ce projet de "renforcement des capacités pour la conservation et le suivi des oiseaux le long de la côte de l’Afrique de l’Ouest (DIOE)", lancé, jeudi, à Dakar, s’inscrit dans un plan d’action plus large qui comprend sept projets. 
 
"Quatre projets concernent les quatre zones humides les plus importantes de la région notamment, le Banc d’Arguin (Mauritanie), le Delta du fleuve Sénégal, l’ensemble de la réserve biosphère du Delta du Saloum, l’Archipel du Bijagos (Guinée Bissau)", a indiqué Antonio Araujo, directeur de programme à la dite Fondation. 
 
D’après lui, un "énorme" effort a été consenti pour la conservation des zones humides et des oiseaux d’eau pour cette région. "Ce projet permettra de mettre en place, une dynamique de conservation des oiseaux d’eau", a dit M. Araujo. 
 
Il a par ailleurs souligné que depuis une dizaine d’années, le Sénégal est l’un des pays les plus avancés au niveau des dénombrements des oiseaux. Toutefois, il a insisté sur le renforcement des réseaux existants et de les rendre opérationnels en vue de mettre en place, avec une capacitation des acteurs. 
 
"Davantage d’efforts sont nécessaires pour suivre et conserver ces oiseaux de manière efficace", a suggéré Antonio Araujo. Ce projet est une initiative développée et mise en œuvre par Wetlands international avec un financement de MAVA et l’appui et l’assistance de coordonnateurs nationaux. 
 
"Il contribuera au développement et au renforcement de capacités d’un plus grand nombre de réseaux locaux pour permettre la prise en charge d’autres sites dans leurs programmes de suivi", a précisé M. Araujo. 
 
Pour sa part, Ibrahima Thiam, directeur de l’ONG Wetlands international, salue la collaboration à divers niveaux avec des partenaires comme la fondation MAVA, dans des initiatives variées, pour faire la conservation et le suivi des oiseaux d’eau. 
 
"Un renforcement de capacités durant trois ans à l’issue de laquelle, va émerger des compétences beaucoup plus solides dans la sous-région pour pouvoir faire la conservation et le suivi y compris l’étape de la collecte, du traitement et de la gestion des données", a expliqué M. Thiam. 
 
Cela doit aussi servir, selon lui, de base pour la coopération que nous avons avec d’autres institutions internationales à travers le parcours migratoire où se trouve cette région de l’Afrique de l’Ouest. En ce sens, il a réitéré l’engagement de l’ONG à continuer cette collaboration pour le succès de la gestion des zones humides et de la conservation des oiseaux d’eau. 
 
Le projet de renforcement des capacités pour la conservation des oiseaux d’eau, se déroule jusqu’en 2020 et concerne quatre pays. Mauritanie, Guinée Bissau Sénégal et une partie de la Gambie.

SBS/ASB/PON