Plaidoyer sur l’utilisation et les dangers des sachets plastiques
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT

Plaidoyer sur l’utilisation et les dangers des sachets plastiques


Tambacounda, 5 juin (APS) - Le chef du service régional de l’environnement et des établissements classés de Tambacounda, Dr Salif Bâ, a souligné, mardi, l’importance de développer les bases nécessaires pour éclairer l’opinion publique sur le danger de l’utilisation des plastiques, surtout des sachets à faibles microns.


"Il est nécessaire aujourd’hui, de développer les bases nécessaires pour éclairer l’opinion publique sur le danger de l’utilisation des plastiques, surtout les sachets à faibles microns, afin de percevoir le sens de la responsabilité de chacun en ce qui concerne la protection et l’amélioration de l’environnement", a-t-il dit.


Dr Salif Bâ s’entretenait avec la presse à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement, dont le thème est : ‘’La lutte contre la pollution plastique : Combattons la pollution plastique !’’.


Il estime que ce thème encourage les gouvernements, les industries, les communautés et les populations de manière générale, à explorer ensemble des alternatives durables afin de réduire de toute urgence la production et l’utilisation excessive de plastiques.


L’Assemblée nationale du Sénégal a adopté, en avril 2015, le projet de loi relatif à l’interdiction de la production, de l’importation, de la détention, de la distribution et de l’utilisation des sachets plastiques de faible micronnage.


"Malgré [le fait] que cette loi est promulguée et entrée en vigueur en janvier 2016, le Sénégal est toujours en proie au fléau des déchets plastiques", s’est-il offusqué.

Mais, il a tout de même salué les efforts de la commune de Tambacounda à travers son projet dit Système intégré de nettoiement et de valorisation des déchets domestiques. Il y voit une réelle volonté politique de faire face à cette forme de pollution.


Il a sollicité une réelle implication des populations dans la protection de l’environnement, soulignant que dans bien des endroits, la nature souffre. "Il faut aux uns et aux autres une véritable prise de conscience pour préserver l’environnement", a-t-il ajouté.

SDI/ASG/OID