Oumar Guèye promet la réception du Projet de protection côtière à Saint-louis en décembre
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT

Oumar Guèye promet la réception du Projet de protection côtière à Saint-louis en décembre

Saint-Louis, 23 mars (APS) - Le ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des territoires a promis, mardi, la réception, d’ici la fin de l’année, des travaux entamés dans le cadre du Projet de protection côtière à Saint-Louis (PPCS).
 
’’D’ici novembre-décembre ce projet va se terminer au grand bonheur des populations de la langue de barbarie’’, a affirmé M. Guèye s’exprimant devant la presse au terme d’une visite de chantier du PPCS en compagnie du directeur général de l’Agence française de développement (ADM), Alexandre Boitier, et de celui de l’Agence de développement municipal (ADM) du Sénégal, Cheikh Issa Sall.
 
Ce projet financé avec 10 milliards de francs CFA par l’AFD est exécuté par l’ADM, a souligné le ministre, rappelant que lors d’une visite sur le site en février 2018, les présidents Macky Sall et Emmanuel Macron avaient promis une solution à l’avancée de la mer.
 
Par la suite, a-t-il dit, le maire de Saint-Louis, Mansour Faye, avait fait le plaidoyer lors du ‘’One Planet Summit’’ pour soulager les populations de la langue de barbarie.
 
Il s’est dit ’’heureux de constater que les travaux avancent’’ et a félicité tous les acteurs impliqués dans ce processus par ce projet ‘’important par sa dimension et impact’.
 
Oumar Guèye a relevé qu’à terme 2,5 km de digue seront construits.
 
Le ministre a estimé que ’’tous les jours, 25 camions approvisionnent le site en matériaux’’ et que ‘’malgré la Covid-19, ce projet ne va pas s’arrêter’’.
 
Le ministre qui a également effectué une visite à Djoiugop où sont en cours de construction des sites de recasement des populations, affectée par l’avancée de la mer, dans le cadre du Projet de relèvement d’urgence et de résilience à Saint-Louis (SERRP).
 
Le SERRP, exécuté par l’ADM, va coûter 49 milliards de francs CFA et sera également financé par l’AFD, a dit le ministre, rappelant que la première phase d’urgence a permis de reloger 600 familles.

AMD/OID