Dakar cherche des alternatives pour réduire les émissions d’HFC (officiel)
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT

Dakar cherche des alternatives pour réduire les émissions d’HFC (officiel)

Dakar, 28 juil (APS) - Le Sénégal procède à un inventaire des hydrofluorocarbures (HFC) dans le but de déterminer sur son territoire "les quantités réelles" de ce gaz dont des projections récentes font état d’une augmentation "massive" des émissions dans les pays en développement, a-t-on aoppris jeudi de source officielle.
 
Le directeur de cabinet du ministre de l’Environnement et du Développement durable, Souleymane Diallo, en a fait l’annonce, au cours d’un "atelier de lancement des inventaires des HFC et leurs alternatives respectueuses du climat au Sénégal".
 
"Si aucune mesure n’est prise pour mettre en place des alternatives respectueuses du climat, les émissions de HFC pourraient augmenter jusqu’à 2,8 gigatonnes d’équivalent CO2, d’ici 2050", a-t-il prévenu.
 
Selon M. Diallo, le gouvernement sénégalais a mis en place un programme appelé à "mener des actions concrètes visant à éliminer les substances qui appauvrissent la couche d’ozone".
 
"Les substances HFC sont autorisées car, elles n’appauvrissent pas la couche d’ozone, Néanmoins, il faut voir l’utilisation de ces substances qui ont été introduites dans de nombreuses applications", a-t-il souligné.
 
Il a fait état de la nécessité de recourir à des substances alternatives dont le potentiel de réchauffement est considéré ’’beaucoup plus faible’’, les HFC ayant "un grand pouvoir de réchauffement de la terre".
 
"Les experts ont montré que l’élimination des HFC devraient permettre d’éviter un réchauffement de 0,5° à l’échelle 2050", a fait valoir le directeur de cabinet du ministre de l’Environnement et du Développement durable.
 
Le Sénégal, sur cette base, a ratifié la Convention de Vienne et le protocole de Montréal en 1993, relatifs aux enjeux environnementaux liés à la destruction de la couche d’ozone, a signalé Souleymane Diallo.
 
Aussi a-t-il préconisé davantage de sensibilisation pour que les décideurs la société civile et les populations, les commerçants et les techniciens soient amenés à porter le plaidoyer concernant cette problématique.
 
"Ce travail a déjà commencé dans le cadre de la vulgarisation de l’engagement du Sénégal pour le climat", a déclaré Souleymane Diallo, invitant toutes les parties prenantes à s’y intéresser.
 
SBS/BK