Lancement d’un projet de résilience socio-économique dans la forêt classée de Mbao
APS
SNEGAL-ENVIRONNEMENT

Lancement d’un projet de résilience socio-économique dans la forêt classée de Mbao

Dakar, 14 juil (APS) - Un projet de renforcement de la résilience socio-économique des groupements de maraîchers de la forêt classée de Mbao a été lancé ce mercredi, à l’initiative du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) pour un coût global de 600 mille dollars et une durée de deux ans. 
 
Le lancement a eu lieu au cours d’un atelier qui a regroupé différentes parties prenantes à la protection sociale et à la préservation des écosystèmes forestiers ainsi que des groupements de femmes et jeunes bénéficiaires.
 
La rencontre devrait servir de cadre d’échange sur la définition d’un cadre de suivi-évaluation de la mise en œuvre du projet, l’identification des actions de mise en performance des résultats du projet ainsi que les contraintes de mise en œuvre, selon ses organisateurs. 
 
Plus de 200 personnes issues de huit regroupements de femmes et de jeunes devraient bénéficier de ce projet dont la première phase porte sur 10 hectares. 
 
"Ce projet très ambitieux qui vient dans un contexte de changement climatique et de pandémie de covid-19 a pour objectif d’encourager les pratiques d’économie verte pour la préservation des écosystèmes et leur résilience aux changements climatiques’’, a expliqué le colonel Sakhoudia Thiam, conseiller technique numéro 2 du ministère de l’Environnement et du Développement durable.
 
Présidant l’ouverture de cet atelier, le colonel Thiam a souligné la nécessité de développer ’’un modèle de réduction de la pauvreté et de vulnérabilité mais aussi de renforcement de la protection sociale des populations vivant des ressources forestières’’. 
 
Evoquant un écosystème ‘’riche et diversifié’’ contenu dans la forêt de la réserve de Mbao (Pikine), souvent présentée comme ’’le poumon vert’’ de la région de Dakar, le colonel Sakhoudia Thiam a insisté sur la nécessité de placer l’homme et son bien-être au cœur de toute politique de préservation végétale et animale. 
 
Le représentant résident adjoint du PNUD au Sénégal, Kébir Alaoui, a pour sa part relevé l’urgence de ‘’réconcilier’’ l’homme avec la nature, ‘’une condition sine qua none pour des lendemains meilleurs’’, a-t-il ajouté. ‘’Ceci justifie toute la pertinence du projet dont l’objectif principal est de renforcer les capacités de résilience des populations qui vivent de ressources naturelles tout en veillant à leur préservation’’, a dit M. Alaoui. 
 
Le représentant résident adjoint du PNUD au Sénégal se dit confiant au regard de l’engagement des acteurs. Il a rappelé que la protection sociale de ces acteurs est le facteur de succès de leur intervention, tout en réitérant l’engagement du PNUD pour une réussite de ce projet, afin qu’il inspire d’autres écosystèmes forestiers du Sénégal et d’ailleurs. 
 
Prenant la parole au nom des présidents de groupements des marâichers, Maimouna Dieng dit espérer que ‘’ce projet contribuera à l’autonomisation financière des femmes’’ à travers notamment la fourniture d’intrants, la construction de bassins de rétention d’eau et la dotation en moto-pommes solaires.

SMD/ASG/OID