La réserve naturelle de Pikine a abrité la célébration de la Journée de l’environnement
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT

La réserve naturelle de Pikine a abrité la célébration de la Journée de l’environnement

Dakar, 5 juin (APS) - La réserve naturelle de la grande Niaye de Pikine, située à cheval sur les trois départements de Pikine, de Guédiawaye et de Dakar, a abrité vendredi, la cérémonie officielle marquant la célébration de la journée mondiale de l’environnement, célébrée, a constaté l’APS. 
 
Pour l’édition 2020, le thème est axé sur :"Biodiversité et urgence climatique" avec le slogan : "C’est le temps de la nature".
 
"Elle est célébrée dans cette zone humide de grande importance pour la conservation des oiseaux, un lieu de reproduction et d’étapes migratoires pour plus de 233 espèces d’oiseaux", a indiqué Abdou Karim Sall, ministre de l’Environnement et du Développement durable. 
 
Avec une superficie de 645 hectares, cette réserve est le seul vestige de l’écosystème des Niayes de la région de Dakar, au regard de son étendue, mais aussi de son approche intercommunale dans la gestion des infrastructures naturelles d’intérêt commun, a ajouté M. Sall. 
 
"Elle participe à l’atténuation des inondations, à l’amélioration de la qualité des eaux par le recyclage des matières organiques et chimiques, à l’épuration bactériologique, à l’interception des matières en suspension mais aussi au stockage du carbone atmosphérique, à la production d’oxygène et à la dépollution de l’air", a-t-il laisser entendre. 
 
Sur le plan économique et social, elle fournit 21 services éco systémiques répertoriés et garantit, par conséquent, un espace vital où se côtoient plus de 600 acteurs notamment les maraîchers, pêcheurs, récolteurs de fourrages entre autres, a fait savoir le ministre. 
 
Ce site, a-t-il encore noté, est également un "excellent" espace éducatif et de recherche scientifique, recevant élèves, étudiants, chercheurs et bénévoles. 
 
Malgré tout, "cette réserve a connu d’importantes modifications liées notamment à la pression urbaine marquée par des remblais, des empiètements, des constructions et l’édification d’établissements divers, les rejets de déchets, la reconversion des espaces de cultures en zones d’habitations, d’infrastructures publiques’’, a déploré Abdou Karim Sall. 
 
Il a également évoqué les impacts de la sécheresse, de la coupe abusive des arbres, des défrichements pour les besoins agricoles, à l’origine, de la régression de la palmeraie et de la mangrove mais aussi à la raréfaction de certaines espèces. 
 
"Toutes ces raisons, ont milité en faveur du choix de cette réserve naturelle urbaine pour célébrer cette journée", a expliqué le ministre, ajoutant que ce choix démontre que le développement urbain et la préservation des écosystèmes ne sont pas "incompatibles". 
 
Pour lui, "ils doivent aller de pair, pour atténuer la pollution, limiter l’impact des inondations et offrir des espaces éducatifs et récréatifs aux populations". 
 
"Ce site est donc un endroit idéal, dans le contexte du Sénégal, pour célébrer la nature et lui redonner la place méritée dans le développement urbain en particulier et dans notre marche vers le développement durable, en général", a signalé le ministre de l’Environnement. 
 
Ainsi, a-t-il fait valoir, "le temps de la nature, c’est aussi le temps de la vie, car protéger la nature revient à protéger les supports de la vie sur terre dont celle des êtres humains". 
 
La création de la réserve et dépendances par décret n0 2019-748 du 29 mars 2019, entre dans ce cadre, a rappelé Abdou Karim Sall.a


SBS/ASB/OID