Coopération forestière : la FAO réaffirme sa disponibilité à accompagner le Sénégal
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT-ASSURANCES

Coopération forestière : la FAO réaffirme sa disponibilité à accompagner le Sénégal

Dakar, 24 août (APS)- L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), par la voix de sa représentante résidente, a réaffirmé mercredi sa disponibilité à poursuivre sa ’’longue et dynamique’’ coopération forestière avec le Sénégal.
 
Cette coopération se poursuivra "dans des domaines aussi variés que le renforcement des politiques forestières, le renforcement des bases techniques pour conserver et développer les ressources naturelles, l’amélioration ou le maintien de l’état de santé des forêts", a assuré Deo Nshimirimana.
 
Elle "touche aussi l’accroissement de l’équité socio-économique et l’amélioration du bien-être des populations par l’appui à la foresterie rurale et à la gestion durable des écosystèmes dans particulièrement les zones fragiles", a-t-il ajouté à l’ouverture d’un atelier de validation du Programme national d’investissement forestier du Sénégal. 
 
"Les forêts sont les garants de la conservation des écosystèmes en assurant la durabilité des systèmes de production agricoles et pastoraux", a rappelé M. Nshimirimana.
 
Aussi contribuent-elles à la régulation du climat sans compter qu’elles "nourrissent directement les populations et offrent une énergie renouvelable à la consommation domestique’’, selon cet expert. 
 
A ce titre, le Plan de convergence pour la gestion et l’utilisation durables des écosystèmes forestiers en Afrique de l’Ouest, adopté à Abidjan (Côte d’Ivoire), en septembre 2013, "ambitionne entre autres, de promouvoir l’utilisation rationnelle du patrimoine forestier partagé et ou transfrontalier", a-t-il indiqué. 
 
"Il s’agit également, d’harmoniser les politiques, les lois et les règlements forestiers en tenant compte des spécificités agro écologiques, de promouvoir et l’établissement et le maintien d’un réseau d’aires protégées, partagées et de développer un meilleur système de leur gestion", a ajouté le représentant de la FAO au Sénégal.
 
Selon Deo Nshimirimana, ce plan de convergence "représente le document majeur du dialogue forestier initié depuis 2000 dont l’objectif est de parler d’une même voix au niveau sous-régional dans le domaine des forêts et de la faune".
 
Dans cette perspective, a ajouté l’expert, "il s’agira d’analyser les facteurs de réduction des ressources financières dans le secteur forestier et de proposer des mesures de redressement pour le financement de nouveaux programmes et de projets forestiers prioritaires". 
 
"L’autre aspect de cette rencontre est d’analyser la pertinence des fiches de projet présentées", a signalé le présentant de la FAO.
 
SBS/BK