Une synergie des efforts dans la gestion des polluants organiques persistants prônée
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT

Une synergie des efforts dans la gestion des polluants organiques persistants prônée

Dakar, 20 mai (APS) - La directrice du Centre régional des conventions de Bâle et de Stockholm pour les pays d’Afrique francophone (CRCBS-AF) a prôné une synergie des efforts pour une gestion écologiquement rationnelle des polluants organiques persistants (POPs).

’’Nous devons toujours rester vigilants et conjuguer nos efforts pour une gestion écologiquement rationnelle des polluants organiques persistants’’, a dit Rokhaya Ndiaye Diop à travers un communiqué transmis à l’APS.

Ce 20 mai marque le 20ème anniversaire de la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants, signée en 2001, et dont le but est d’éliminer ou de réduire la production et l’utilisation des POPs. Elle est ratifiée par 175 pays et l’Union européenne.

’’Tous les pays signataires ayant ratifiés ladite Convention doivent travailler en équipe afin de débarrasser le monde des POP et protéger la santé humaine et l’environnement’’, a plaidé Rokhaya Ndiaye Diop.

Selon elle, ’’face aux obligations de la Convention, les pays Parties doivent mettre en place plusieurs actions’’’.

Il s’agit, estime t-elle, d’interdire la production et l’utilisation des POPs, de recourir aux produits de remplacement plus respectueux de l’environnement et de la santé humaine mais également éliminer leurs stocks de POPs et nettoyer les sites contaminés.

A l’heure de la célébration du vingtième anniversaire de la convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants ou POP, ’’il est important de rappeler pourquoi cette convention est devenue un symbole de succès en matière de coopération internationale’’, a dit Rokhaya Ndiaye Diop.

Elle a relevé que le programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), à l’origine de cette convention, ’’est le fruit d’une véritable collaboration à l’échelle planétaire’’.

Dans son texte, Mme Diop est revenue sur la surveillance de ces substances au niveau local, national et mondial dans les différentes matrices environnementales, la surveillance biologique, la promotion de guides de gestion écologiquement rationnelle des déchets dangereux, de technologies propres avec l’approche de meilleures techniques disponibles et pratiques environnementales.

’’A l’aune des succès et au gré des défis à relever, nous ne devons pas relâcher nos efforts, car nous sommes aujourd’hui confrontés, en Afrique, à des problèmes récurrents tels que le manque d’encadrement du secteur informel, l’intoxication chronique liée au POP, le brulage à l’air libre de câble et des pneus, des déchets plastiques’’, a souligné la directrice du CRCBS-AF.

Elle a évoqué, en outre, la problématique des poly chloro biphényle (PCB) que l’on retrouve dans les turbines, pompe et dans la fabrication de transformateurs électriques et de condensateurs.

SBS/OID