L’Etat déterminé à éliminer de manière
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT-MESURES

L’Etat déterminé à éliminer de manière "définitive et irréversible" le péril plastique (ministre)

Dakar, 7 mai (APS) - L’Etat reste déterminé à éliminer le péril plastique de manière "définitive" et "irréversible" au Sénégal, a assuré le ministre de l’Environnement et du développement durable, Abdou Karim Sall. 
 
"La loi (sur l’interdiction du plastique) est entrée en vigueur officiellement. Notre ambition, conformément au vœu du chef de l’Etat, est de débarrasser de manière définitive et irréversible le Sénégal, de cette pollution plastique qui occasionne des effets néfastes sur les populations mais également sur notre environnement", a relevé Abdou Karim Sall.
 
"Le seul indicateur est d’avoir zéro plastique au Sénégal. Chacun doit faire un effort pour que notre pays se débarrasse de ce péril plastique"’, a dit le ministre, mercredi, dans l’émission hebdomadaire "Le Point" sur la télévision nationale sénégalaise (RTS1). 
 
L’entrée en vigueur de la loi relative à l’interdiction des sachets en plastique, depuis le 20 avril, s’opère dans un contexte particulier à cause de la pandémie du Covid-19, a relevé M. Sall, assurant que la loi sera appliquée dans "toute sa rigueur".
 
Il a rappelé que des actions de sensibilisation ont été menées dans plusieurs régions, pour partager le contenu de cette loi, avec l’ensemble des parties concernées, à travers des comités régionaux et départements mais, elles ont été "perturbées" par la pandémie. 
 
Evoquant les 9 tonnes de sachets saisis à Dakar, le ministre a assuré que son département s’investit pour que l’application de cette loi "ne souffre d’aucune insuffisance ni faiblesse". 
 
"Ce qui importe n’est pas le nombre de saisies mais de voir disparaître totalement les sachets plastiques au Sénégal. Pour cela, nous ne ménagerons aucun effort pour que cela ne souffre d’aucune faiblesse", a dit Abdou Karim Sall. 
 
La Loi votée en 2015 présentait quelques "insuffisances", a souligné le ministre, ajoutant que le gouvernement a proposé de l’abroger au profit d’une nouvelle loi introduisant beaucoup d’amélioration notamment sur le périmètre d’interdiction. 
 
"Ce n’est plus de sachets à faible micronnage, c’est à dire inférieur à 30 microns et pourvus de bretelles. Mais pour cette nouvelle loi, ce périmètre est élargi. Ainsi, l’interdiction concerne tous les sachets en plastique", a dit le ministre. 
 
M. Sall dit n’avoir "jamais" signé une autorisation relative à une importation de sachets plastiques, soulignant que son département travaille en collaboration avec les autres démembrements de l’Etat pour une application effective de cette loi. 
 
"Nous travaillons en bonne intelligence avec tous les ministères et parties prenantes pour une mise à niveau et appropriation de cette disposition", a-t-il dit.
 
Néanmoins, a-t-il signalé, des mesures d’assouplissement ont été observées concernant les sachets d’eau compte tenu du contexte de pandémie du Covid-19 afin d’arriver à une "interdiction sur toute la ligne". 
 
"Notre indicateur principal ne sera pas la quantité saisie, mais le fait de constater zéro plastique au Sénégal", a déclaré le ministre.

SBS/OID/ASB