Gestion des terres arides : le continent africain peut s’inspirer de l’expérience chinoise (expert)
APS
SENEGAL-CHINE-ENVIRONNEMENT

Gestion des terres arides : le continent africain peut s’inspirer de l’expérience chinoise (expert)

Dakar, 23 sept (APS) - L’Afrique peut s’inspirer de l’exemple de la Chine en matière de gestion des écosystèmes des terres arides et semi-arides, a indiqué lundi à Dakar le président de la commission médias et communication de l’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (ANSTS), El hadj Salif Diop.
 
"Il ne faudrait pas se focaliser sur l’Afrique et sur la question des grandes murailles vertes, en pensant que l’Afrique est la seule à en développer. La Chine développe aussi sa grande muraille verte et elle a de très grands succès. Nous essayons donc de voir comment" amener les deux parties à tirer profit de leur partenariat, a-t-il déclaré. 
 
M. Diop s’entretenait avec des journalistes, en marge de l’ouverture d’un atelier régional africain du Programme mondial sur les écosystèmes des terres arides, une rencontre organisée par l’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal, en collaboration avec l’Académie des sciences de Chine (CAS).
 
Selon un communiqué reçu des organisateurs, cette rencontre se tient conjointement avec une conférence sur le climat, les écosystèmes et les moyens de subsistance en Afrique, dans le but "d’explorer un mécanisme permanent de partenariat pour soutenir la coopération Chine-Afrique dans le cadre de la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD)".
 
Des experts africains et chinois participent à ces deux rencontres qui devraient permettre de formuler des actions dites prioritaires pour la coopération sino-africaine en matière d’innovation scientifique et technologique.
 
Selon le professeur Diop, ce n’est pas qu’une affaire scientifique, "mais une affaire de science-politique. Il s’agit aussi de voir comment est-ce que les politiques peuvent agir pour mieux booster le développement à travers ce qu’on arrive à découvrir au plan scientifique. C’est pour ça que la base concerne les ODD".
 
L’Afrique peut s’inspirer de l’expérience de la Chine en matière d’innovation scientifique et technologique, l’Empire du milieu ayant développé "aujourd’hui d’excellentes expériences" et "a énormément investi sur la formation, l’innovation, la science et la technologie", a indiqué El Hadj Salif Diop.
 
De même, la Chine constitue "un exemple en matière de fixation de dunes, d’exportation en très grand volume des produits fruitiers", des acquis dont l’Afrique peut s’inspirer, a-t-il laissé entendre.

SC/BK/ASG