Vers une approche régionale de gestion des déchets chimiques
APS
SENEGAL-AFRIQUE-ENVIRONNEMENT

Vers une approche régionale de gestion des déchets chimiques

Dakar, 22 juin (APS) – Une approche régionale est en train d’être développée en vue de mieux sensibiliser les Etats dans à l’utilisation des produits chimiques, biologiques et radiologiques, a déclaré, jeudi à Dakar, le conseiller technique au ministère de l’Environnement et du Développement durable, Diomaye Dieng. 
 
"Cette approche régionale permettra de développer le partage d’expériences et mieux sensibiliser les Etats dans le cadre des organisations régionales", a-t-il dit en marge d’un atelier régional de formation des formateurs sur les dangers des déchets chimiques et biologiques.
 
M. Dieng, chimiste environnementaliste, a précisé que cette approche régionale sera définie dans le cadre du projet 35 (P35) qui vise la réduction des risques liés aux substances nucléaires chimiques, biologiques et radiologiques (NRBC). 
 
Lancé au Sénégal en juillet 2015, le ministère de l’Environnement et du Développement durable et ses partenaires ont mis en œuvre des activités sur le terrain.
 
Selon lui, cet atelier permet de faire un diagnostic de la situation, du cadre réglementaire ainsi que des propositions respectives aux Etats afin que les dispositifs de sécurité et de sûreté soient prises pour éviter l’utilisation abusive de ces substances. 
 
"Elle permet de préparer des experts qui seront en mesure de prendre en charge toutes ces préoccupations, au niveau national, régional parce que nous encourageons, l’approche régionale pour pouvoir développer le partage d’expériences et mieux sensibiliser les Etats dans le cadre des organisations régionales", a-t-il ajouté.. 
 
Les recommandations faites dans le cadre du P35 seront partagées avec les autorités qui verront l’urgence et la pertinence à proposer, une harmonisation des législations. 
 
"Nous voulons qu’au niveau régional, les recommandations soient appropriées par les décideurs et qu’elles soient mises en œuvre dans l’intérêt des populations et de nos pays de manière globale", a plaidé M. Dieng.
 
Sept pays de la façade atlantique africaine et la Tunisie, sont membres du projet financé par l’Union européenne (UE), à l’initiative des centres d’excellence, mise en œuvre par la fondation ibéro-américaine d’administration et de politiques publiques. 
 
Des experts sont venus de plusieurs pays pour partager des expériences en termes de gestion des déchets biologiques et chimiques dangereux.

SBS//ASB