Déplacement des stocks de sardinelles de la Petite côte vers les eaux profondes (étude)
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT-PECHE

Déplacement des stocks de sardinelles de la Petite côte vers les eaux profondes (étude)

Dakar, 26 juil (APS) - Les travaux de cartographie faits par le Centre de suivi écologique (CSE) en partenariat avec le projet sénégalo-américain "Comfish/USAID" (gestion concertée pour une pêche durable au Sénégal) ont permis de constater un déplacement des stocks de sardinelles de la Petite côte vers les eaux profondes, a indiqué, mardi à Dakar, Khady Sané Diouf.
 
"Nous avons voulu voir, comment les stocks ont évolué durant ces dernières années dans la petite côte. Et nous avons constaté qu’il y a eu un déplacement des stocks surtout pour les sardinelles dans les eaux profondes", a soutenu la directrice du projet Comfish/USAID.

"Le déplacement de cette espèce est du à des actions naturelles mais aussi des facteurs anthropiques", a dit Mme Diouf, soulignant que les travaux de recherche effectués par le CSE servent de support à l’élaboration des plans d’aménagements des pêcheries et aux conventions locales que le projet a mis en place.

Khady Sané Diouf s’exprimait lors d’un atelier de partage des résultats des études menées par le CSE dans le cadre du projet Comfish/ Pencoo Gej (gestion concertée pour une pêche durable au Sénégal.


A côté de ces travaux de cartographie, un volet sensibilisation a été pris en charge au niveau des comités locaux de pêche artisanale (CLPA), avec l’élaboration des plans d’adaptation au niveau des CLPA, de Rufisque, Ziguinchor et Kafounting. A cela s’ajoute la bonne pratique de pêche à faire sur toute la zone d’intervention du projet.

Le CSE accompagne ainsi le projet USAID/Comfish dans la recherche, en termes de cartographie des sites de pêches et de dynamique de l’occupation du sol au niveau des comités locaux de pêche artisanale (CLPA) en vue d’une gestion durable des ressources halieutiques a, pour sa part, soutenu Moctar Dièye, directeur technique au dit centre.


Cet accord de partenariat entre l’USAID/Comfish et le CSE s’inscrit dans un processus de vulgarisation des acquis du projet, mis en œuvre depuis près de cinq années, a relevé M. Dièye.

Les objectifs de conservation et de gestion durable des ressources naturelles et halieutiques déclinés dans la politique sectorielle de la pêche et de l’aquaculture, ne peuvent être atteints sans une longue connaissance de la distribution des ressources, de l’état des stocks et de l’écosystème marin et côtier, a ajouté l’officiel.

Conscient de ces enjeux, le projet USAID/Comfish Pencoo Gej (gestion concertée pour une pêche durable au Sénégal) s’est, dès son démarrage, rapproché de plusieurs partenaires pour l’élaboration de produits et supports d’aide à la prise de décision à travers plusieurs activités.

Il s’agit des études sur les stocks, l’occupation des sols des zones d’emprise des comités locaux de pêche artisanale (CLPA), la localisation des sites de pêche, l’élaboration de plans locaux d’adaptation aux congéments climatiques, à l’échelle des CLPA et la mise en place d’un système d’information géographique.

"Nous espérons que les produits et services fournis par les travaux du CSE, seront à vos attentes et seront utiles dans l’accomplissement de vos missions" a conclu Moctar Dièye.

Le directeur technique du CSE a toutefois appelé le gouvernement américain à aider à la pérennisation de ce travail entamé pour la gestion durable des ressources marines et côtières.

Dans le cadre de ce projet, les espèces ciblées étaient le cymbium, la sardinelle, la poulpe.


SBS/PON