L’ONUDI va aider le Sénégal à mettre en place des unités de traitement de déchets biomédicaux (représentant résident)
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT

L’ONUDI va aider le Sénégal à mettre en place des unités de traitement de déchets biomédicaux (représentant résident)

Dakar, 25 mars (APS) - L’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) compte aider le Sénégal à mettre en place des unités de traitement de déchets dangereux biomédicaux dans les centres hospitaliers, a annoncé lundi à Dakar son représentant résident à Dakar, Christophe Yvetot.

"Nous travaillons avec l’hôpital de Ziguinchor et nous allons mettre très rapidement en place une unité de traitement des déchets biomédicaux, laquelle va permette à cet établissement d’être une structure d’excellence pour le Sénégal et la région", a-t-il dit.
 
Dans cette perspective, il est prévu "la construction de près d’une cinquantaine de centres biomédicaux d’enfouissement des déchets pour pouvoir développer une unité de retraitement de tous les déchets plastiques pour en faire de nouveaux produits".
 
Il s’adressait à des journalistes en marge d’un atelier de validation technique de l’avant-projet de loi sur la gestion écologiquement rationnelle des déchets dangereux au Sénégal.
 
"Nous allons non seulement trouver une solution à ces déchets, mais en faire également une nouvelle filière industrielle avec de nouveaux produits, objets que les populations vont pouvoir s’approprier", a indiqué le représentant résident de l’ONUDI.
 
Selon Christophe Yvetot, il faut pour cela un cadre et des actions de terrain pour comprendre que ce projet est réalisable.
 
"A travers des projets pilotes, l’ONUDI montre que des expériences concrètes sont réalisables" dans ce domaine, a souligné M. Yvetot.
 
Il assure que l’ONUDI est prête à travailler avec le gouvernement sénégalais pour arriver à atteindre ses objectifs dans ce domaine, conformément aux ambitions du nouveau plan d’actions prioritaires du Plan Sénégal émergent (PSE), lequel prévoit une gestion radicale et durable des ordures à travers le slogan "zéro déchet".
 
Aussi cet avant-projet de loi sur la gestion écologiquement rationnelle des déchets dangereux au Sénégal devrait "aider à bien gérer les déchets dangereux qui portent atteinte à l’environnement et à la santé humaine".
 
Il devrait aussi contribuer à "fixer le cadre général du champ d’application, de définition’’ des déchets dangereux ainsi que leur classification, a indiqué M. Yvetot, estimant que "l’action de l’Etat doit engager tous les acteurs pour une meilleure gestion de ces déchets".
 
Ce projet de loi est de même attendu pour "fixer les obligations des uns et des autres’’ dans ce domaine, notamment les municipalités ainsi que les opérateurs, a-t-il expliqué.
 
 

SBS/BK