COP13 : une occasion pour l’Afrique de l’Ouest d’harmoniser ses positions
APS
SENEGAL-AFRIQUE-ENVIRONNEMENT

COP13 : une occasion pour l’Afrique de l’Ouest d’harmoniser ses positions

Dakar, 7 oct (APS) - La 13ème Conférence des parties de la diversité biologique (COP 13) , prévue en décembre, au Mexique, donne une opportunité aux Etats parties de l’Afrique de l’Ouest de se concerter et d’harmoniser leurs positions afin de constituer une force, a indiqué Ahmed Senhoury, directeur de l’Unité de coordination du partenariat régional pour la conservation de la zone côtière et marine en Afrique de l’Ouest (PRCM).
 


‘’Cela leur permettra de peser dans les négociations et les décisions prises. Le PRCM est au cœur de ce travail, car l’Afrique de l’Ouest aura son mot à dire face à la dégradation des zones côtières’’, a souligné M. Senhoury.

Il intervenait, vendredi, au cours d’un atelier régional préparatoire à la 13ème Conférence des parties de la Convention sur la diversité biologique, axée sur le thème : "L’Afrique de l’Ouest vers la COP 13 : quelle stratégie régionale ?"

Cet atelier ouvert jeudi à Dakar, rentre dans le cadre des activités du Projet d’appui aux pays de l’espace PRCM. L’objectif est de mettre en œuvre les obligations et engagements dans le cadre de la convention CDB (Convention de la diversité biologique), a dit le directeur de l’Unité de coordination du PRCM.

Ce programme s’est, selon lui, fixé comme objectif le renforcement et l’élargissement du réseau d’aires marines protégées (AMPs), mais aussi l’amélioration du cadre juridique et politique pour l’atteinte des objectifs de la CDB et la promotion des mécanismes de financement durables pour la conservation de la biodiversité.

‘’Nous sommes conscients qu’un immenses travail de plaidoyer et de lobbying attend la délégation sous régionale africaine lors de la COP 13’’, a déclaré Ahmed Senhoury. Il a souligné que le groupe sera assez outillé pour peser sur les prochaines négociations.

D’après lui, c’est à travers cette voie seule, qu’il (groupe) parviendra à la réalisation des objectifs de la Convention de la biodiversité biologique.

L’atelier de deux jours, qui regroupe divers experts de la sous région africaine, prend fin vendredi après-midi. 

SBS/ASG