Cap-Skirring : les indications géographiques au coeur d’un conclave
APS
SENEGAL-AFRIQUE-GEOGRAPHIE-DEVELOPPEMENT

Cap-Skirring : les indications géographiques au coeur d’un conclave

Cap-Skirring (Ziguinchor), 21 nov (APS) – Plusieurs experts africains venant d’une quinzaine de pays du continent sont en conclave à Cap-Skirring (Ziguinhor, sud) sur les enjeux de la protection des produits de qualité liés à l’origine d’une indication géographique donnée, a constaté l’APS.
 
"Indications géographiques en Afrique de l’Ouest : enjeux de développement territorial, d’intégration économique et de commerce international", est la thématique centrale de cette rencontre régionale organisée à l’initiative de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) et de la FAO, en partenariat avec l’Agence sénégalaise pour la propriété industrielle et l’innovation technologique (ASPIT).
 
La cérémonie d’ouverture a été présidée lundi par la ministre de la Microfinance et de l’Economie solidaire Aminata Angélique Manga, en compagnie du gouverneur de Ziguinchor Guédj Diouf, des autorités locales, des responsables de structures spécialisées et d’autres chefs de service.
 
La ministre de la Microfinance a insisté sur l’importance de "protéger les produits traditionnels locaux, pilier majeur dans la politique d’atteinte des objectifs de l’émergence à l’horizon 2035".
 
Au cours de ce séminaire qui sera clôturé mercredi, les participants ont échangé sur "la mise à niveau des connaissances sur les systèmes et instruments de développement, de protection et de promotion des produits de qualité liés à l’origine sur le plan national, régional et international".
 
Des représentants de pays comme le Cameroun, la Guinée, le Maroc et la Tunisie ont partagé leurs expériences en matière de pratiques et de résultats obtenus dans le cadre de leur politique d’identification géographique.
 
Les participants ont aussi insisté sur la nécessité de mettre en œuvre "des projets et programmes en indications géographiques, la mise en place de comités nationaux de coordination multi acteurs, ainsi que des cahiers de charges, la délimitation des aires marines protégées, le contrôle et la certification, la mise en place d’associations de producteurs et l’étude de l’évaluation des impacts socio-économiques et territoriaux".
 
Les experts africains boucleront leur séjour dans le sud du pays par une visite de terrain dans une unité de transformation de vinaigre de mangue et une autre dans une unité de transformation et de conditionnement des produits locaux à Ziguinchor.
 
Cette visite va se terminer à Diouloulou où l’Association des planteurs et apiculteurs de cet arrondissement partagera son expérience avec la délégation.

MTN/ASG/PON