Bois de ’’vène’’’ : augmentation des exportations vers la Chine entre 2009 et 2015 (inspecteur)
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT

Bois de ’’vène’’’ : augmentation des exportations vers la Chine entre 2009 et 2015 (inspecteur)

Gossas,(Fatick) 7 août (APS) - Le volume du bois de ’’véne’’ exporté du Sénégal vers la République populaire de Chine est passé de 70.000 mètres cubes au troisième trimestre de l’année 2009 à 149.000 mètres cubes au troisième trimestre de l’année 2015, a indiqué l’inspecteur régional des Eaux et forêts de Fatick, le colonel Malick Ndiaye.

Ces chiffres traduisent, selon lui, le degré ’’d’acharnement et de d’extermination’’ sur cette espèce ligneuse durant ces dernières années. 

M. Ndiaye s’exprimait lors de cérémonie officielle de célébration de la journée nationale de l’arbre organisée à Gossas dans la région de Fatick. L’arbre parrain de cette édition est le palissandre du Sénégal appelé communément ’’vène’’.
 
’’Cela veut dire que nous sommes passés d’un pied à presque 2.000 pieds durant cette période’’, a ajouté l’inspecteur, qui a précisé que ces statistiques sont obtenus auprès de l’administration douanière chinoise. 
 
Le palissandre du Sénégal fait ’’l’objet d’une extermination qui ne dit pas son nom au Sénégal’’, a-t-il alerté, soulignant que ces statistiques en sont ’’ une preuve’’. 

’’Des statistiques issues de l’administration douanière chinoise ont montré que durant le troisième trimestre de 2009 au troisième trimestre de 2015, le volume du bois de vène exporté est passé de 70.000 à 149 000 mètres cubes’’, a-t-il encore indiqué.
 
Néanmoins, a-t-il relevé, au plan régional, dans le cadre de la gestion des ressources naturelles et des activités de reboisement, des ’’résultats satisfaisants’’ ont été obtenus lors de la précédente campagne.
 
’’Nous avons obtenu une production de 700.000 plants l’année dernière avec des plantations massives de 607 hectares, de 55 kilomètres de plantations linéaires, de 56 hectares de plantations de mangrove et 57 hectares de réalisations en foresterie urbaine’’, a-t-il énuméré.

Il a salué l’apport des ONG, des populations, des agents de sécurité de proximité (ASP), des organisations locales, des projets et programmes dans l’obtention de ces résultats. 
 
’’Toutefois, a-t-il poursuivi, en dépit de ces acquis il y a beaucoup de défis qui restent. Beaucoup de défis sont encore à relever. Et nous tenons véritablement de gagner le pari en renversant les tendances de dégradation de nos ressources naturelles’’.
 
A cet effet, il a invité le collectivités à unir leurs efforts en collaborant avec les services techniques. 
 
La délégation régionale a été conduite par l’adjoint au gouverneur de Fatick Magatte Diouck. 
 


AB/OID