Atelier de formation interactive sur l’utilisation et l’occupation des terres, mercredi
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT

Atelier de formation interactive sur l’utilisation et l’occupation des terres, mercredi


Dakar, 11 déc (APS) – L’USAID/Afrique de l’Ouest, le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) et l’United states geological survey (USGS) organisent, mercredi à partir de 8h30, à l’hôtel Novotel, un atelier de formation interactive sur les données d’impact sur l’utilisation et l’occupation des terres, annonce un communiqué transmis à l’APS. 


Cet atelier de deux jours vise à stimuler les discussions et les actions qui sous-tendront la durabilité du programme sur l’utilisation et l’occupation du sol (LULC). Financé par l’USAID, il concerne la durabilité, la conformité aux accords internationaux, au soutien aux initiatives régionales et au renforcement de capacités.


Les participants viendront du Cap-Vert, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée-Bissau, de la Guinée, de la Mauritanie et du Sénégal. Ils travailleront sur l’Atlas "Les paysages de l’Afrique de l’ouest : une fenêtre sur un monde en pleine évolution", qui est un produit du LULC.


L’Atlas "montre clairement des changements remarquables dans 24 catégories d’utilisation du sol et d’occupation du sol à l’aide d’images satellitaires collectées dans une série temporelle depuis le milieu des années 1960, 1975, 2000 et 20133, lit-on dans le texte.


La rencontre de Dakar sur l’utilisation et l’occupation des terres a été précédée d’un deuxième atelier qui s’est tenu du 27 au 28 septembre 2017 à Accra, au Ghana avec sept autres pays participants : Ghana, Gambie, Libéria, Sierra Leone, Nigeria, Togo et Bénin.


Le premier atelier de formation interactive précédé du lancement de l’Atlas, a eu lieu à Ouagadougou au Burkina Faso, en juillet 2017.

Il a permis d’informer les décideurs de l’Afrique de l’Ouest, les partenaires techniques et financiers et les responsables des quatre pays (Burkina Faso, Niger, Mali et Tchad) sur comment les cartes de séries temporelles de l’Atlas pourraient être utilisées comme outils de surveillance de l’environnement et comment les décideurs pourraient utiliser l’information sous forme de plan d’actions pour relever les défis environnementaux de la région.

PON/ASG