Solaire et éolien : les progrès favorisent une
APS
SENEGAL-EDUCATION-SCIENCES

Solaire et éolien : les progrès favorisent une "optimisation intelligente de l’environnement" (recteur UGB)

Saint-Louis, 13 déc. (APS) - Le recteur de l’université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis, Ousmane Thiaré, estime que les progrès réalisés dans les technologies du solaire et de l’éolien ouvrent la voie à une "optimisation intelligente de l’environnement".
 
"Les progrès enregistrés dans les technologies éolienne et solaire balisent la voie vers une optimisation intelligente de l’environnement, permettent le renforcement de l’innovation et des capacités technologiques en matière d’énergie solaire et éolienne, un véritable outil propre et efficace pour accélérer le développement en Afrique", a-t-il souligné.
 
Le professeur Thiaré s’exprimait jeudi à l’ouverture de la 8ème édition des journées scientifiques du collectif des doctorants, organisées chaque année à l’Université Gaston Berger.

Cette année, la rencontre est placée sous le thème "Energies renouvelables, hydrocarbures et ressources minières : enjeux et perspectives".
 
Il a rappelé que le continent africain regorge de ressources minières et énergétiques considérables, dont l’exploitation "favorise la croissance économique de nombreux pays".
 
Il a toutefois fait remarquer que l’exploitation des hydrocarbures tendrait, selon certains observateurs, à "fragiliser la cohésion sociale, le tissu économique et les institutions politiques des pays producteurs".

Selon lui, on parle alors selon de la "malédiction" des hydrocarbures, en sens que "ces ressources sont mal réparties ou deviennent des sources de conflits" dans certains pays africains.
 
Il a indiqué que "les données confirment que les infrastructures, l’investissement sur le capital humain, les offres d’emploi, les prestations de services, la croissance économique et l’environnement des affaires s’améliorent considérablement dans les pays exportateurs de ressources naturelles".
 
D’après lui, le Sénégal a commencé à exploiter d’importants gisements de minerais, dont le phosphate, le zircon, l’or de Sabodola et dispose également d’immenses réserves de fer et de marbre.
 
A propos des découvertes pétrogazières au large des côtes sénégalaises, leur exploitation et leur commercialisation "feront du Sénégal un membre du club fermé des pays producteurs de gaz et de pétrole dans le monde", a-t-il souligné.
 
Revenant sur ces journées scientifiques qui se tiennent du 13 au 15 décembre, Ousmane Thiaré souligne qu’elles permettront de croiser les approches, afin "d’identifier les problèmes dans les secteurs des hydrocarbures, des énergies renouvelables, des ressources minières, et de mesurer les impacts économiques, sociaux et environnementaux". 
 
Le coordonnateur du collectif des doctorants de l’UGB, Moustapha Baldé, a rappelé que ces journées scientifiques sont inscrites au calendrier annuel du collectif, qui regroupe à la fois de jeunes doctorants.

Elles font office d’après lui de rencontres scientifiques sur un thème au creuset des différentes disciplines au cœur de l’actualité du pays et dans le monde.
 
Il a précisé que 21 communications seront au menu de ces journées scientifiques qui seront animées par des doctorants venus des universités Alioune Diop de Bambey, Cheikh Anta Diop de Dakar, de Thiès et de Ziguinchor. 

BD/ASG/BK