3, 2 millions de dollars pour un projet d’irrigation solaire dans la vallée du fleuve
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT-AGRICULTURE

3, 2 millions de dollars pour un projet d’irrigation solaire dans la vallée du fleuve

Dakar, 8 avr (APS) – Un projet d’irrigation solaire censé promouvoir une agriculture intelligente face au climat a été lancé jeudi à Dakar à l’initiative de l’Institut mondial pour la croissance verte au Sénégal (CGGI) pour un montant de 3,2 millions de dollars, a constaté l’APS.

Le projet prévu à être mise en œuvre pendant trois ans va intervenir dans la Vallée du fleuve Sénégal. Il est financé par le Fonds de Qatar pour le développement avec une co-contribution de 340 mille dollars, a-t-on appris lors de son lancement.

’’Ce fonds a la particularité de rassembler plusieurs acteurs du secteur et du domaine de l’agriculture, pour venir à pied deux grands volets d’une part la solarisation des stations de pompage utilisées pour la production rizicole dans la vallée du Sénégal, des ouvrages d’irrigation’’, a expliqué, Romain Brillié représentant résident GGGI au Sénégal.

Le projet vise également à appuyer la diffusion de pratiques d’agriculture intelligente face aux changements climatiques sur un périmètre d’environ 1800 hectares, touchant un peu plus de 5000 riziculteurs dans cette zone.

’’Je note le très fort engagement des acteurs notamment du ministère de l’Agriculture mais aussi de la SAED du FONSIS et de la Banque agricole’’, a souligné Brillié.

Il a fait savoir que ce projet avait également pour ambition de travailler avec ces acteurs sur la mobilisation de financement à grande échelle pour cette solarisation et ces pratiques d’agriculture plus intelligente.

Le but est de diminuer de plus de 20 000 tonnes de carbone grâce à l’installation des stations de pompage des émissions de gaz à effet de serre, de la riziculture irriguée.

’’Le volet de l’agriculture intelligente face au climat, permettra également, à diminuer les émissions de gaz à effet de serre, notamment l’introduction des pratiques du système de riziculture irriguée’’, la seule ambition climatique en matière d’atténuation, a-t-il fait valoir.

Il a insisté sur le fait qu’un était attendu sur deux indicateurs, notamment l’amélioration des rendements des revenus des producteurs, partant, de leur résilience aux changements climatiques.

’’Nous allons travailler dans cette région du fleuve Sénégal qui est assez vaste. L’idée est que sur la base des résultats concluants, nous pouvons progressivement étendre cette technologie dans d’autres localités du pays’’, a promis le représentant résident du GGGI.

SBS/AKS/OID