Un syndicaliste suggère un conseil interministériel pour le respect des délais de relance de l’activité ferrovaire
APS
SENEGAL-RAILS-RELANCE

Un syndicaliste suggère un conseil interministériel pour le respect des délais de relance de l’activité ferrovaire

Thiès, 2 mai (APS) – Le secrétaire général du Syndicat unique des travailleurs du rail (SUTRAIL), Mambaye Tounkara, a suggéré la tenue d’un conseil interministériel pour garantir le respect du délai de relance de l’activité ferroviaire entre Dakar et Tambacounda, fixé à décembre 2021.
 
‘’Nous interpellons le Président de la République, parce que nous avons senti dans toutes ses déclarations et ses démarches sa volonté de revoir cette entreprise fleurir’’, a dit M. Tounkara, après le dépôt des doléances de cinq centrales à la gouvernance de Thiès, lors de la fête du 1-er mai. 
 
Pour lui, l’‘’importance capitale’’ du transport ferroviaire ‘’nécessite que le Président de la République, s’il le faut, convoque un conseil interministériel ou un cadre qui va lui permettre d’avoir toutes les informations pour qu’au moins les délais de reprise soient respectés’’. 
 
 ‘’Il ne faut pas que le délai de décembre 2021 encore donné soit raté’’, a averti M. Tounkara, prévenant que s’il est raté, ce sera la ‘’démobilisation’’ chez les travailleurs.
 
Il juge ‘’trop longue’’ l’attente – cinq ans - depuis que le train n’a plus quitté Dakar pour Bamako. Cette situation a plongé les travailleurs de Dakar Bamako ferroviaire (DBF), devenue Chemins de fer du Sénégal (CFS), dans des difficultés, liées à des retards de salaires, ou de paiement des indemnités de départ pour la retraite, s’est-il alarmé.
 
Se félicitant des 10 milliards de francs CFA inscrits dans le budget 2021 pour la réalisation des travaux, il se dit rassuré par l’implication de partenaires canadiens et d’autres entreprises internationales dans le processus, tout comme la commande de locomotives que la direction a passée en Afrique du Sud.
 
Il se réjouit en outre que le président de la République, a lors du dernier conseil des ministres, donné des instructions pour que le processus soit accéléré.
 
Selon lui, les travailleurs, ‘’très inquiets des lenteurs de la concrétisation de la reprise de l’activité’’, pensent que le moment est venu de ‘’passer au concret’’. Le syndicaliste estime que si le deadline de décembre 2021 est retenu, les travaux doivent démarrer au plus tard, d’ici la fin du mois de mai. 


ADI/ASG