La force du TER repose sur l’implication de l’expertise sénégalaise, selon Mountaga Sy
APS
SENEGAL-TRANSPORT

La force du TER repose sur l’implication de l’expertise sénégalaise, selon Mountaga Sy

Dakar,22 juin (APS) - La force du projet du Train express régional (TER) repose sur l’implication de l’expertise sénégalaise, a déclaré jeudi le directeur général de l’Agence de promotion des investissements et des grands travaux, Mountaga Sy. 
 
‘’La force de ce projet, c’est que l’expertise sénégalaise a été embarquée à participer au même niveau de dignité honorable pour livrer un projet sénégalais aux Sénégalais. L’implication des entreprises sénégalaises est bien une force et non une faiblesse’’, a-t-il estimé.

Le DG de l’APIX s’exprimait au terme d’une visite de terrain avec des journalistes sur les chantiers de terrassement et d’établissement des pistes carrossables sur un linéaire de 12 km, ainsi qu’à la gare ferroviaire de Diamniadio et la base des travaux. 
 
Selon Mountaga Sy, cinq entreprises sénégalaises sont impliquées dans les cinq marchés attribués dans le cadre du projet.

Il a cité entre autres, la Compagnie sahélienne d’entreprises (CSE), le Consortium d’entreprises (CDE), Eiffage Sénégal et Getran SA.
 Le DG de l’APIX a souligné l’aspect ‘’structurant d’envergure’’ du TER, lequel va selon lui structurer toute la ville de Dakar.
 
Les travaux de réalisations du TER ont pris de l’envol à Diamniadio. La société Getran, chargée de la réalisation de la gare ferroviaire, a entamé les travaux de terrassement et des études techniques et de sol, sur une superficie de cinq hectares.
 
Le président directeur général de Getran, Mar Thiam, a annoncé le démarrage des constructions le 1er août prochain.
 
A Bargny, le groupement d’entreprises Eiffage, Yapi Merzeki et CSE effectue des travaux de terrassement des pistes carrossables, sur un linéaire de 12 km.

Le site devant abriter les bureaux des ingénieurs du projet est en cours de finition. Des équipes sont déjà en place, avant l’arrivée d’autres en fin juillet.
 
Longue de 36 km, le TER va connecter dans un premier temps le cœur de la capitale à la ville nouvelle de Diamniadio, en pleine expansion. Quelque 113 000 passagers devraient l’emprunter chaque jour, dès 2019.
 
Le nouveau TER va reprendre le tracé du "Petit train de banlieue", une ligne vieillissante.
 
Outre la pose de nouvelles voies électrifiées, le projet englobe l’acquisition d’une quinzaine de rames modernes, la reconstruction de 11 gares et la rénovation des gares de Dakar et Rufisque, classées monuments historiques. 
 
Une fois le projet achevé, le trajet entre ces deux gares ne devrait prendre que 45 minutes, contre près de deux heures aujourd’hui.
 
Le TER desservira également le parc de technologies numériques de Diamniadio, l’Université Amadou Mokhtar Mbow, entre autres. 

BHC/ASG