L’AIBD tient à conserver la qualité de ses services, malgré le Cobid-19
APS
SENEGAL-AVIATION

L’AIBD tient à conserver la qualité de ses services, malgré le Cobid-19

Diass, 7 déc (APS) – L’aéroport international Blaise-Diagne (AIBD), qui fête ce 7 décembre 2020 son troisième anniversaire, veut ‘’maintenir’’ le niveau de la qualité de ses services pour en faire un ‘’aéroport de référence’’, malgré la baisse du trafic engendrée par la pandémie de Covid-19, a-t-on appris de Xavier Mary, le directeur général la société Limak-AIBD-Summa (LAS), chargée de l’exploitation de l’infrastructure aéroportuaire. 
 
‘’Nous voulons absolument maintenir le niveau de la qualité de nos services, parce que nous voulons que les gens gardent à l’esprit que l’aéroport est toujours efficace’’, a dit M. Mary lors d’une cérémonie marquant le troisième anniversaire de l’AIBD.
 
‘’Dès la reprise effective des activités, nous serons prêts’’, a-t-il par ailleurs assuré. Il fait allusion à la baisse du trafic, qui découle de l’interdiction dans plusieurs pays d’Europe, depuis plusieurs mois, des vols en provenance du Sénégal, et des mesures de rétorsion prises par le Sénégal envers ces mêmes pays.
 
Des pays d’Europe ont invoqué la pandémie de Covid-19 pour prendre cette mesure de restriction des vols en provenance de Dakar.
 
‘’Quand il y a eu, en décembre 2017, le transfert à l’AIBD des activités de l’aéroport de Dakar à Diass, le trafic aérien sur Dakar était légèrement inférieur à 2 millions de passagers. Nous avons terminé l’année 2018 avec un trafic de 2,3 millions de passagers, avec une progression de 10%’’, a rappelé Xavier Mary.
 
Cette hausse est due à l’arrivée de nouvelles compagnies aériennes à l’aéroport international Blaise-Diagne, situé à Diass, à une cinquantaine de kilomètres de Dakar.
 
En 2019, l’AIBD a ‘’presque’’ atteint le ‘’nombre symbolique’’ de 2,8 millions de passagers, avec une hausse de 5 à 6%, signe d’une ‘’bonne dynamique’’ du trafic aérien, selon le directeur général de LAS.
 
Aux côtés des hommes d’affaires et des touristes, qui constituent une part importante des passagers, ‘’la diaspora est une partie non négligeable de notre trafic. Depuis le début, tout se passait bien jusqu’au 21 mars 2020, date à laquelle tout s’est arrêté’’ à cause de la pandémie de Covid-19, a-t-il expliqué. 
 
Le nombre de passagers recensés à l’AIBD ‘’n’est pas (…) bon’’, mais si on le compare avec ceux d’autres aéroports du monde, d’Europe notamment, on constate que ‘’nous avons un bien meilleur résultat’’, s’est réjoui Xavier Mary.
 
‘’Financièrement, c’est compliqué (…) Mais nous avons assuré 100% de nos charges’’, a-t-il souligné.

ADE/ESF/ADL