Un centre de formation pour les métiers du tourisme et de l’hôtellerie en gestation à Diamniadio
APS
SENEGAL-TOURISME-FORMATION

Un centre de formation pour les métiers du tourisme et de l’hôtellerie en gestation à Diamniadio



Saly-Portudal (Mbour), 28 juil (APS) – Le projet de formation professionnelle pour l’emploi et la compétitivité (FPEC), à travers le fonds de financement de la formation professionnelle/Cluster tourisme et hôtellerie (3FPT), envisage de construire, à Diamniadio, un centre de formation de référence à vocation sous-régionale, pour un coût global de quatre (4) milliards de francs CFA, a appris l’APS.


La révélation a été faite, jeudi à Saly-Portudal (Mbour), par la coordonnatrice du projet FPEC, Diariétou Guèye, au cours d’un atelier de partage dudit projet avec les acteurs du tourisme et de l’hôtellerie.

Ce projet de l’Etat du Sénégal, logé au ministère de la Formation professionnelle, de l’Artisanat et de l’Apprentissage, d’un coût global de 37 milliards de francs CFA pour une durée de quatre ans, est financé par la Banque mondiale et l’Agence française de développement (AFD), avec une contrepartie sénégalaise, vise à améliorer la qualité du service dans le secteur du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration, a expliqué Mme Guèye.


"Cela passe nécessairement par l’amélioration de la qualité de la formation qui est délivrée, en construisant des centres de formation de référence pour permettre à ces jeunes de bénéficier d’une formation qui puisse leur permettre de s’insérer dans le tissu économique ou d’avoir une qualification pour répondre au mieux aux besoins de l’entreprise dans le secteur de l’hôtellerie et du tourisme", a-t-elle fait valoir.


Selon elle, ce centre de référence va polariser les centres satellites qui seront construits à Ziguinchor (sud) et à Saint-Louis (nord).

"Nous ne voulons plus que nos apprenants aillent se former au Maroc ou en France pour se former, mais qu’ils puissent bénéficier de formation d’une très bonne qualité au Sénégal", a soutenu Diariétou Guèye.

Pour elle, ce centre va permettre aux apprenants de l’Afrique de l’ouest de bénéficier de formation et d’éviter les coûts exorbitants de formation à l’étranger.


 


ADE/PON