Le tourisme peut devenir  un moteur du développement, selon Abdoul Aziz Tandia
APS
SENEGAL-ECONOMIE

Le tourisme peut devenir un moteur du développement, selon Abdoul Aziz Tandia

Tambacounda, 27 sept (APS) - Le directeur de l’Agence régionale de développement (ARD) de Tambacounda, Abdoul Aziz Tandia, a affirmé mercredi qu’il est possible de faire du tourisme un moteur du développement.
 
Il s’agit d’un "secteur très vivant", a-t-il souligné lors d’une rencontre dédiée à la célébration de la Journée internationale du tourisme, axée cette année sur le thème : "Le tourisme durable, un outil au service du développement".
 
Mais pour que le tourisme devienne le moteur du développement, "il faut savoir capter ses fonds", a-t-il estimé. Le tourisme a généré en 2012, 1.075 milliards de dollars US de recettes pour 1,035 milliard de voyageurs, à travers le monde, avec une hausse de 4% par rapport à 2011, a dit Abdoul Aziz Tandia.
 
"Au Sénégal, le tourisme s’affirme comme un levier majeur de l’économie nationale", a indiqué M. Tandia, relevant la place de choix qui est accordé dans le PSE, à ce secteur qui contribue pour 6,3 à 7% au PIB.
 
Abdoul Aziz Tandian a montré en exemple le modèle malaisien du "Home stay" (tourisme chez l’habitant) pour souligner que le secteur touristique peut prendre son envol au Sénégal.
 
Ce modèle de tourisme dans les villages accompagné par l’Etat, a permis à ce pays de passer de 5,5 millions de touristes en 1998 à 30 millions en 2009.
 
En 2015, les recettes touristiques au Sénégal étaient de l’ordre de 465,9 milliards de francs CFA, dont 63,6 % venant de l’international et 36,2% de l’intérieur du pays, a-t-il fait valoir, citant des chiffres de l’ANSD. L’objectif de la stratégie nationale était en 2016 d’atteindre 1,5 million de touristes pour accroître de façon significative la contribution du tourisme à l’économie sénégalaise, selon lui. 
 
Des efforts sont en train d’être faits dans ce sens par le gouvernement qui travaille à rouvrir les bureaux de promotion touristique à l’étranger, dont celui de Paris, rouvert récemment. Des études sont en cours au ministère du Tourisme pour diversifier l’offre, tout comme des réformes sont en train d’être menées pour développer le tourisme interne, a dit l’inspecteur régional du tourisme, Tékhèye Faye.
 
Outre la réduction de la TVA de 18 à 10%, l’Etat a mis à la disposition des hôteliers désireux de développer leur activité, un Fonds du crédit hôtelier d’un montant de 5 milliards de francs CFA, a-t-il ajouté. 

AD/ASG/ASB