Le tourisme égyptien ne pâtit plus des conséquences du Printemps arabe (responsable)
APS
SENEGAL-EGYPTE-TOURISME

Le tourisme égyptien ne pâtit plus des conséquences du Printemps arabe (responsable)

Dakar, 20 déc (APS) - Le chef du bureau commercial de l’ambassade d’Egypte au Sénégal, Bassem Farouk Badr, a déclaré mercredi que le tourisme égyptien ne subit plus aujourd’hui les conséquences des mouvements de contestation populaire qui ont secoué le pays lors du ’’Printemps arabe", en 2011.
 
"Les deux premières années suivant le Printemps arabe ont beaucoup impacté notre tourisme, mais six ans après, les choses sont revenues à la normale", a-t-il déclaré, en marge d’une rencontre b2b entre acteurs économique sénégalais et égyptiens, à la Foire internationale de Dakar (FIDAK).
 
"Cela s’est passé il y à six ans, et maintenant, on ne se rappelle plus l’événement qui n’affecte plus la vie quotidienne des Egyptiens", a-t-il insisté.
 
M. Badr affirme que "l’Egypte est un pays de grand tourisme qui réunit tous les éléments du tourisme mondial’’. "Nous avons des plages, des sites touristiques exceptionnels et beaucoup de monuments historiques’’, a-t-il fait valoir.
 
A ce propos, il a rappelé que "l’Egypte est le premier pays qui a le plus de monuments historiques", citant les pyramides, la Vallée des Rois abritant tombes et chambres de pharaons, ou encore les Temples d’Abou Simbel, immenses monuments construits au XIIIe siècle avant Jésus Christ.
 
Selon le chef du bureau commercial de l’ambassade d’Egypte au Sénégal, il s’est développé à côté de ce tourisme, d’autres variantes comme le tourisme religieux et le tourisme médical.
 
"Nous avons aussi le tourisme religieux qui est très développé grâce notamment à la présence de monuments religieux exceptionnels au monde, tels que la mosquée d’Al Azhar qui abrite la plus grande et ancienne université au monde, et le monastère Sainte-Cathérine du Sinai, appelé aussi monastère de la trasfiguration, vieux de plus de quinze siècles", a fait savoir M. Badr.
 
Il a également fait état de l’existence d’un tourisme médical qui est actuellement très développé en Egypte, indiquant à ce titre que le gouvernement égyptien s’est rapproché de l’Etat du Sénégal afin de nouer des partenariats sur ce plan.
 
"Nous avons eu plusieurs compagnies qui sont venues au Sénégal, pour proposer le tourisme médical pour les hôpitaux au Sénégal, et nous avons rencontré le ministère de la Santé", a renseigné Bassem Farouk Badr.

MK/ASG/ASB