Une stratégie nationale dédiée au développement du tourisme d’affaires
APS
SENEGAL-TOURISME-PERSPECTIVES

Une stratégie nationale dédiée au développement du tourisme d’affaires

Dakar, le 14 juil (APS) - Le directeur de l’Agence Sénégalaise de Promotion Touristique (ASPT), Pape Mahawa Diouf, a fait part mercredi, de la volonté des pouvoirs publics de disposer dans les meilleurs délais d’une stratégie nationale pour le développement du marché du MICE ou tourisme d’affaires.
 
"L’objectif est de disposer dans les meilleurs délais d’une stratégie nationale dédiée au développement du MICE ou tourisme d’affaires (…) et de mettre en place, pour la première fois, au Sénégal et en Afrique de l’Ouest, un véritable bureau de convention dans le secteur touristique", a notamment annoncé le directeur de l’ASPT.
 
M. Diouf intervenait à l’atelier de restitution de l’Etude de faisabilité pour le développement du MICE au Sénégal réalisée par le cabinet "Tourisme business company", connu, d’après le directeur de L’ASPT, pour ’’son expertise’’ dans ce domaine touristique et des transports aériens. 
 
Cette étude de faisabilité a été menée à Dakar, sur la petite côte, à Gorée, dans les îles du Sine-Saloum et à Saint Louis.
 
Selon lui, ce cabinet accompagne plusieurs pays faisant, aujourd’hui, référence dans le tourisme d’affaires, à l’échelle continentale et mondiale.
 
Dans cette perspective, le directeur de l’ASPT a insisté sur l’impératif d’avoir au Sénégal, un bureau de convention ’’fort et efficace" regroupant toutes les compétences qui interviennent dans le domaine du MICE ’’pour que l’on puisse insérer (le Sénégal) dans les chaînes de valeurs mondiales en matière touristique’’.
 
Selon lui, l’évaluation en profondeur du potentiel, en termes d’offres de réceptifs, d’infrastructures, de capital humain, montre que le Sénégal dispose de sérieux atouts pour devenir une destination majeure dans le domaine du tourisme d’affaires.
 
Le directeur de l’ASPT a aussi rappelé qu’en 2019, durant la période pré-Covid, dans le monde, le MICE a représenté "un volume de plus de 1000 milliards de dollars, avec une part de marché pour l’Afrique estimée à 3% dans laquelle le Sénégal ne représente que 1,2%".
 
Il a également ajouté que le processus devant permettre au Sénégal d’être une destination du MICE, ’’impose une démarche de co-construction et d’intelligence collective (…) pour que notre pays arrive à une stratégie consensuelle entre l’Etat et le secteur privé national’’.


AN/ASB/OID